Le président polonais attendu dimanche en Estonie

le
1

(Actualisé avec confirmation) VARSOVIE, 17 août (Reuters) - Le nouveau président polonais Andrzej Duda se rendra dimanche en Estonie pour entamer une campagne en faveur du renforcement des effectifs de l'Otan en Europe de l'Est. L'information, obtenue de source officielle à Varsovie, a été confirmée par son conseiller pour les questions diplomatiques. Krzysztof Szczerski a ajouté que le chef de l'Etat se rendrait dans les prochaines semaines à Berlin, Londres et New York. La Pologne et les pays baltes réclament le déploiement permanent d'effectifs supplémentaires sur leurs territoires depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, en mars 2014, mais d'autres Etats membres tels que l'Allemagne craignent la réaction de Moscou et penchent plutôt pour une intensification des manoeuvres conjointes. "Du fait de sa dimension et de son potentiel économique et militaire, la Pologne souhaite se charger de la construction d'un front uni dans la région, par exemple en ce qui concerne la présence permanente des armées de l'Otan, et cette visite marquera le coup d'envoi de ce processus", avait expliqué dans la matinée à Reuters une source haut placée. "Le président, ajoutait-elle, veut montrer que la Pologne se tient aux côtés de nos partenaires les plus proches mais aussi de ceux qui pourraient avoir besoin de notre soutien." Ce premier déplacement à l'étranger d'Andrzej Duda, qui a pris ses fonctions le 6 août, coïncide avec l'anniversaire du pacte germano-soviétique de non agression conclu en 1939 qui avait fixé les sphères d'influence entre les deux puissances. A la suite de son déplacement en Estonie, il discutera de ses projets le 28 août à Berlin, où il sera reçu par la chancelière Angela Merkel et le président Joachim Gauck, avant de se rendre le mois prochain à Londres puis à New York où il espère rencontrer Barack Obama, a précisé son conseiller diplomatique à la presse. Duda doit co-présider avec son homologue roumain un pré-sommet de l'Otan en novembre à Bucarest. (Wiktor Szary et Pawel Sobczak; Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le lundi 17 aout 2015 à 15:10

    l'otan ne devrait plus exister depuis 1990. on aurait évité la crise actuelle