Le président israélien critique Netanyahu dans le dossier iranien

le
0

par Jeffrey Heller JERUSALEM, 6 août (Reuters) - Le président israélien, Reuven Rivlin, a laissé entendre dans une série d'interviews publiées jeudi que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, avait poussé trop loin sa campagne contre l'accord sur le nucléaire iranien, au risque d'ouvrir un "front" avec les Etats-Unis et d'isoler Israël. Selon le chef de l'Etat israélien, qui occupe un poste essentiellement honorifique, les prises de position du chef du gouvernement risquent de se montrer contre-productives et de porter tort à Israël. "Je suis très inquiet au sujet du front qui s'est ouvert entre (Barack) Obama et Netanyahu et au sujet des relations entre les Etats-Unis et Israël", a-t-il déclaré au quotidien Maariv. Cet homme politique classé à droite a lui-même exprimé des réserves au sujet de l'accord signé le 14 juillet entre l'Iran et un groupe de grandes puissances, dont les Etats-Unis, qui prévoit un encadrement des activités nucléaires de la République islamique en échange d'une levée progressive des sanctions contre Téhéran. Mais Reuven Rivlin n'est pas allé aussi loin que Benjamin Netanyahu, lequel n'a pas ménagé ses efforts contre une initiative qu'il juge dangereuse pour la survie d'Israël. "AU DÉTRIMENT D'ISRAËL" "Le Premier ministre a mené une campagne contre les Etats-Unis comme si les deux parties étaient sur un pied d'égalité et cette manière de faire est susceptible de porter tort à Israël", a également dit le président israélien. "Je dois avouer qu'il comprend mieux les Etats-Unis que moi mais, néanmoins, nous sommes largement isolés dans le monde", a ajouté Reuven Rivlin. "Je lui ai déjà dit (à Benjamin Netanyahu), et je lui dis à nouveau que les batailles, même quand elles sont justes, peuvent en fin de compte se jouer au détriment d'Israël", a-t-il encore dit, cette fois-ci au journal Haaretz. Dans un discours prononcé mercredi, Barack Obama a défendu l'accord de Vienne qui bénéficie, selon lui, d'un soutien quasi unanime de la communauté internationale. Le président américain a reconnu qu'il existait un désaccord avec le gouvernement israélien mais il a précisé que Benjamin Netanyahu avait beau être sincère, il n'en avait pas moins tort à ses yeux. Le chef du gouvernement israélien a affirmé mardi, lors d'une visioconférence avec des organisations juives des Etats-Unis, qu'il était de son devoir de faire entendre son avis. "L'époque où les juifs ne pouvaient ou ne parlaient pas en leur nom est révolue", a-t-il alors dit. Au cours d'une troisième interview à Yedioth Ahronoth, Reuven Rivlin a exhorté son Premier ministre à rétablir de bonnes relations avec Barack Obama. "Je crois qu'ils ont des personnalités très similaires (...). Et ce n'est pas une bonne chose pour eux de s'agacer mutuellement au détriment des Etats-Unis et d'Israël", a-t-il estimé. (Avec Ori Lewis; Simon Carraud pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant