«Le président français est victime d'un accident du travail politique»

le
0
INTERVIEW - L'éditorialiste du Corriere della Sera pose un regard critique sur la politique européenne menée par le chef de l'État.

LE FIGARO. - Le taux de personnes satisfaites de la présidence Hollande est tombé à 25 % un an après son élection. Qu'en pensez-vous?

Sergio ROMANO. - Je ne suis pas surpris. J'ai suivi la campagne électorale en France et j'ai vu en François Hollande davantage un homme de parti, un homme d'appareil qu'un véritable homme d'État. Il a surtout profité de la chute de popularité de Nicolas Sarkozy qui avait déçu une partie de son électorat. Les gouvernements actuels ne jouissent pas d'une grande popularité en raison des mesures qu'ils sont appelés à prendre pour faire face à la crise. Très vite les électeurs s'aperçoivent que les promesses et les engagements ne sont pas tenus. Hollande ne pouvait pas l'ignorer. Il a fait croire qu'une fois au pouvoir il pourrait mener la politique de gauche...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant