Le président équatorien veut une réunion d'urgence de l'Opep

le
0

GUAYAQUIL, Equateur, 24 février (Reuters) - Le président équatorien Rafael Correa a réclamé mardi une réunion extraordinaire de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, jugeant les cours actuels "inutilement bas". "Bien sûr que nous y sommes favorables", a dit Rafael Correa lors d'une conférence de presse. "En fait, il y a eu des mouvements diplomatiques afin de rendre une telle réunion possible". Plus petit membre de l'Opep, l'Equateur s'aligne généralement sur la position du Venezuela, qui avait critiqué la décision prise en novembre dernier par le cartel de ne pas réduire sa production. Le Nigeria a déjà réclamé une réunion extraordinaire par la voix de sa ministre du Pétrole, Diezani Alison-Madueke. Mais deux délégués de l'Opep ont déclaré mardi que le cartel ne prévoyait pas de réunion avant celle programmée pour le mois de juin. Un délégué influent d'un pays du Golfe membre de l'Opep a déclaré que les cours avaient commencé à se stabiliser autour des niveaux actuels, proches de 60 dollars le baril, et que la demande montrait des signes d'amélioration en Asie et dans d'autres régions. Ces déclarations suggèrent que les principaux Etats de la région ne renoncent pas à leur stratégie privilégiant les parts de marché, en dépit des craintes exprimées par d'autres pays sur la baisse des revenus pétroliers. Le baril de Brent LCOc1 se traitait mardi autour de 59 dollars, soit environ 30% au-dessus du plus bas de six ans touché le 13 janvier à 45 dollars. Il avait culminé à 115 dollars en juin dernier avant que l'offre excédentaire ne provoque une chute des cours, amplifiée à partir de novembre par la décision de l'Opep de ne pas réduire sa production. (Yuri Garcia; Patrick Vignal pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant