Le président-élu des Philippines tend la main aux communistes

le
0
    DAVAO, Philippines, 16 mai (Reuters) - Rodrigo Duterte, élu 
président des Philippines la semaine dernière, a annoncé lundi 
qu'il engagerait des pourparlers de paix avec les rebelles 
marxistes et proposé au Parti communiste philippin (CPP) de 
jouer un rôle dans son futur gouvernement. 
    Le maire de Davao, qui a mené campagne contre la criminalité 
et la corruption, a estimé qu'il était temps de mettre un terme 
aux hostilités avec le Parti communiste et sa branche armée, la 
Nouvelle armée populaire, qui ont fait quelque 40.000 morts 
depuis la fin des années 1960. 
    Rodrigo Duterte a souligné que son offre de paix incluait un 
poste ministériel pour Jose Maria Sison, le chef en exil du CPP 
qui vit aux Pays-Bas. "Je tends ma main en direction de Sison et 
des autres et nous pouvons parler", a-t-il dit lors d'une 
conférence de presse. 
    Le vainqueur de l'élection présidentielle du 9 mai a 
également indiqué qu'il s'efforcerait de soumettre à référendum 
dans les deux ans un plan de fédéralisation des Philippines pour 
donner davantage de pouvoirs aux provinces. 
    Depuis l'annonce de sa victoire, Duterte, surnommé "le 
Punisseur" pour ses méthodes musclées contre le crime, a 
également indiqué qu'il demanderait au Congrès le rétablissement 
de la peine de mort, abolie en 2006. 
 
 (Manuel Mogato avec Enrico Dela Cruz; Henri-Pierre André pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant