Le président du Yémen demande une intervention étrangère à l'Onu

le
0

(Actualisé avec contenu de la lettre, précisions) NATIONS UNIES, 25 mars (Reuters) - Le président yéménite Abd-Rabou Mansour Hadi demande au Conseil de sécurité de l'Onu de donner son feu vert à une intervention militaire internationale contre les miliciens chiites houthis, dans une lettre dont Reuters a pu prendre connaissance mardi. Le chef de l'Etat demande au Conseil d'adopter une résolution autorisant "des pays volontaires désireux d'aider le Yémen à fournir une aide immédiate et par tous les moyens aux autorités légitimes, et de prendre des mesures pour protéger le Yémen et enrayer l'agression des Houthis". Le président Hadi dit avoir demandé à la Ligue arabe et au Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis et Qatar) "de fournir immédiatement tous les moyens nécessaires, y compris une intervention militaire, pour protéger le Yémen et sa population." Le pays est en proie à la violence depuis l'an dernier. Les Houthis, des musulmans chiites soutenus par l'Iran, se sont emparés en septembre 2014 de la capitale, Sanaa et ont de fait destitué le président Hadi, qui s'est réfugié le mois dernier à Sanaa, ville portuaire du sud du pays, et cherche, de là, à rétablir son autorité. Dimanche, les Nations unies ont dit craindre un scénario "Irak-Libye-Syrie". L'émissaire spécial de m'Onu, Djamal Benomar, estime que le pays est poussé "au bord de la guerre civile". Comme base juridique de sa demande d'aide militaire auprès des pays arabes, la lettre du président Hadi cite l'article 51 de la charte des Nations unies, qui concerne le droit individuel ou collectif à l'autodéfense contre une attaque armée. "Tous nos efforts pour un règlement pacifique ont rencontré un rejet absolu de la part des Houthis qui continuent leur agression pour soumettre le reste des régions hors de leur contrôle", écrit Abd-Rabbou Mansour Hadi. "Il y a des convois militaires qui serviront à attaquer Aden et le reste du sud", affirme-t-il. Les combattants houthis sont entrés dans le port d'Al Moukha, sur la mer Rouge, dans la nuit de lundi à mardi, et se rapprochent d'Aden. ID:nL6N0WQ3G1 Dans sa déclaration dimanche, le Conseil de sécurité a demandé la fin des hostilités, affiché son soutien au président Abd Rabbou Mansour Hadi et menacé de "prendre des mesures supplémentaires" si le conflit devait se poursuivre. ID:nL6N0WO0V4 (Michelle Nichols; Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant