Le président de Republika Srpska défie la justice bosniaque

le
0
    BANJA LUKA, Bosnie, 27 septembre (Reuters) - Milorad Dodik, 
président de la République serbe de Bosnie, a annoncé mardi 
qu'il ne répondrait pas à la convocation du procureur général, 
qui lui reproche d'avoir maintenu un référendum déclaré illégal 
par la Cour constitutionnelle.  
    Les Serbes de Bosnie se sont prononcés dimanche à 99,8% pour 
faire du 9 janvier leur "fête nationale", malgré l'hostilité des 
musulmans et des Croates. Après ce succès, beaucoup craignent 
que Milorad Dodik ne veuille organiser une nouvelle consultation 
pour faire sécession.     
    L'indépendance de la République bosno-serbe, point de départ 
de la guerre de Bosnie qui a fait 100.000 morts, a été proclamée 
le 9 janvier 1992. La date correspond en outre à une célébration 
orthodoxe.  
    Le président de la Republika Srpska, que le parquet a 
convoqué à Sarajevo, a dit craindre pour sa sécurité dans la 
capitale après les propos hostiles tenus selon lui par plusieurs 
responsables bosniaques.  
    "Je n'irai pas dans le bureau du procureur à Sarajevo, mais 
je suis prêt à être entendu par la justice dans n'importe quel 
bureau de République serbe", a-t-il déclaré lors d'une 
conférence de presse.  
    Son refus pourrait entraîner l'émission d'un mandat d'arrêt, 
qui serait toutefois difficile à faire appliquer en République 
serbe, où Sarajevo n'a guère de moyens d'action. Les partisans 
de Dodik assurent en outre qu'ils ne laisseront personne 
l'arrêter.   
 
 (Gordana Katana et Daria Sito-Sucic, Jean-Philippe Lefief pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant