Le président de Polynésie française renvoyé en correctionnelle

le
0

PAPEETE, 11 août (Reuters) - Le juge de Papeete chargé du dossier du financement d'une radio municipale, Radio Maohi, a décidé lundi, après plusieurs années d'instruction, de renvoyer le président de Polynésie française en correctionnelle pour prise illégal d'intérêts. C'est la télévision locale Polynésie 1ère qui a révélé le contenu de cette ordonnance de renvoi d'Edouard Fritch, le successeur de Gaston Flosse, qui a lui-même perdu ses mandats après une condamnation. Il est reproché à Edouard Fritch d'avoir participé aux votes attribuant des subventions et des aides financières à Radio Maohi en 2007, alors qu'il était maire de Pirae, commune sur laquelle était implantée cette station. Radio Maohi était en réalité la voix du parti politique Tahoera'a Huiraatira, dont le président est toujours Gaston Flosse, Edouard Fritch en étant alors le N°2. Ce renvoi devant le tribunal correctionnel porte un coup à l'image du président de Polynésie française, qui s'apprête à fêter sa première année dans ces fonctions et voit ainsi un ancien dossier le rattraper. Un responsable de la radio, qui avait reçu environ 125.700 euros de subventions de la part de la mairie de Pirae, est pour sa part poursuivi pour recel d'abus de biens sociaux. (Daniel Pardon, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant