Le président de Kiribati prône l'achat de terres à l'étranger

le
0

OSLO, 22 septembre (Reuters) - Le président du micro-Etat de Kiribati, dans le Pacifique, est partisan d'acquérir davantage de terrains à l'étranger, après un premier achat effectué aux Fidji, afin de garantir la sécurité alimentaire du pays et, à terme, de parer à la montée du niveau de la mer. Anote Tong, qui a fait halte en Norvège avant de se rendre mardi au sommet organisé par l'Onu à New York sur les changements climatiques, a déclaré souhaiter créer les conditions d'une "migration dans la dignité" de son peuple insulaire. Nation de 100.000 habitants répartis sur une trentaine d'atolls, Kiribati a bouclé cette année un contrat d'achat aux îles Fidji de 2.400 hectares de terrain forestier sur l'île de Vanua Levu, a déclaré Anote Tong. "Avec la montée du niveau des mers, la valeur des terrains va augmenter", a-t-il prédit dans une interview réalisée ce week-end, au cours duquel il s'est rendu dans l'archipel norvégien de Svalbard, dans l'Arctique, pour se rendre compte par lui-même de la fonte des glaces, facteur de la hausse du niveau des océans. "Je n'aurai pas moi-même à faire migrer mon peuple, mais quelqu'un d'autre pourrait avoir à le faire" dans les décennies à venir, a-t-il ajouté. "Certains ont proposé la chose suivante: pourquoi (ne pas acheter des terres en) Australie et en Nouvelle-Zélande? Ils en vendent bien aux Chinois? Personnellement, j'y suis favorable. Avoir des propriétés comporte moins de risques" que d'autres investissements, a continué le président. Plusieurs îles des Kiribati ont déjà été désertées, en partie parce que les terres agricoles les moins élevées produisent moins, car les tempêtes apportent davantage de sel qu'auparavant. "Cela contamine nos récoltes", a-t-il dit. Les récoltes effectuées sur des sols situés un peu plus en altitude aux îles Fidji pourraient garantir la sécurité alimentaire de Kiribati. Mais migrer est une affaire complexe, car cela pose des problèmes en termes de droits de résidence et de citoyenneté. Kiribati n'a pas parlé aux autorités fidjiennes de reloger des populations lorsque le pays leur a acheté des terrains, mais le président fidjien Epeli Nailatikau a déclaré que "Les îles Fidji vous accueilleront" si cela devient nécessaire, a précisé le président de Kiribati. (Alister Doyle; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant