Le président chinois minimise le ralentissement de la croissance

le
0

par Sui-Lee Wee et Gerry Shih PEKIN, 9 novembre (Reuters) - Le président chinois Xi Jinping a relativisé dimanche le ralentissement de l'activité auquel est confronté la deuxième puissance économique mondiale, à l'occasion du forum de Coopération économique Asie-Pacifique (Apec). Même si la croissance économique de la Chine devait être limitée à 7%, cela resterait un des rythmes les plus élevés au monde, a rappelé le numéro un chinois devant un parterre de chefs d'entreprises. La croissance du produit intérieur brut (PIB) chinois a ralenti à 7,3% au troisième trimestre, rythme le plus faible depuis la crise financière mondiale de 2008/2009, le ralentissement du secteur immobilier pesant sur la demande intérieure. Selon une enquête Reuters publiée le mois dernier, l'économie chinoise pourrait progresser de 7,3% en rythme annuel au quatrième trimestre, soit un rythme de 7,4% sur l'année, l'augmentation la plus faible depuis 24 ans. "Certains craignent que la croissance économique de la Chine baisse encore, (...)", a déclaré Xi Jingping. "C'est vrai, il y a des risques, mais cela n'est pas si effrayant que cela." "Même avec une croissance d'environ 7% (...), nous sommes parmi les meilleurs au monde", a dit le coprésident chinois en soulignant que l'économie chinoise restait "stable". La veille, l'administration des douanes chinoises avait annoncé que la hausse des exportations et des importations de la Chine avait ralenti au mois d'octobre. ID:nL6N0SY01X Pour relancer la machine économique, les autorités chinoises ont pris certaines mesures depuis le mois d'avril avec pour objectif d'assurer un taux de croissance de 7,5% environ cette année. Les autorités régionales ont ainsi accéléré les dépenses en matière de projets d'infrastructures et supprimé les limites au nombre de logements que peut acheter un Chinois. La banque centrale a également fait en sorte d'accroître l'offre de crédit et réduit les taux d'emprunt immobilier pour certains acquéreurs. PAS DANS LE CARQUOIS Mais les résultats ne sont pour l'instant pas aussi bons qu'espéré, ce qui fait dire à certains que la Chine va devoir baisser ses taux d'intérêt ou réduire le montant des fonds que les banques doivent mettre de côté en réserves. Pékin a démenti que de telles mesures soient en préparation. Xi Jinping n'a rien dit sur la politique monétaire dimanche. Il a toutefois souligné que la Chine se concentrait sur ses réformes et qu'elle était ouverte aux entreprises. Il a également souligné le rôle du pays dans les exportations de capitaux en indiquant que les investissements directs de la Chine à l'étranger devraient atteindre 1.200 milliards de dollars lors de la prochaine décennie. Après trois décennies quasi interrompues de croissance supérieure à 10%, la Chine a pu tirer de la pauvreté plusieurs centaines de millions de personnes. Mais au prix d'une importante pollution. Face à la destruction de l'environnement et à l'accroissement des inégalités, les autorités chinoises ont promis de lancer d'importantes réformes dans les domaines économique, social et financier. "Ces réformes entrent peu à peu en vigueur, projet par projet", a déclaré le président Xi. "Une fois que l'arc est tendu, la flèche ne peut pas être remise dans le carquois; nous allons approfondir les réformes, résolument." Xi Jinping a également cherché à rassurer ses voisins alors que la Chine, forte de sa nouvelle puissance économique, s'est montrée nettement plus ferme ces dernières années dans ses revendications territoriales. "Le développement de la Chine apporte des occasions et des bénéfices énormes à la région Asie-Pacifique et au monde; les opportunités en affaires sont durables et infinies", a dit le président chinois. (Avec Koh Gui Qing et Ben Blanchard; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux