Le président burundais condamne l'assassinat d'un général

le
0
    NAIROBI, 26 avril (Reuters) - Le président burundais Pierre 
Nkurunziza a condamné le meurtre du général Athanase Kararuza 
commis lundi à Bujumbura, théâtre depuis un an de violences 
politiques. 
    L'officier, ancien conseiller militaire du vice-président et 
ex-commandant en second des forces de maintien de la paix 
déployées en Centrafrique, a été tué alors qu'il déposait son 
enfant à l'école. Ce dernier a été blessé et les tirs de 
roquettes et d'armes légères qui ont visé sa voiture ont 
également coûté la vie à sa femme et à l'un de ses gardes du 
corps, selon un porte-parole de l'armée. 
    "Il a combattu énergiquement les putschistes l'an dernier et 
contribué de façon exceptionnelle à la paix et à la sécurité 
pendant et après les élections", dit le chef de l'Etat dans un 
communiqué.  
    "Nous prions humblement pour qu'avec l'aide de Dieu, les 
auteurs de ces actes odieux soient arrêtés et punis rapidement, 
conformément à la loi", ajoute-t-il.  
    La crise a éclaté il y a un an, à l'annonce de la 
candidature du président à un troisième mandat. Malgré les 
recours de l'opposition, qui jugeait cette candidature contraire 
à la Constitution, Pierre Nkurunziza a été reconduit le 21 
juillet. Les tensions ne sont pas retombées depuis et les 
observateurs craignent une reprise du conflit ethnique qui a 
fait rage de 1993 à 2005. 
    La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé lundi 
l'ouverture d'une enquête préliminaire sur ces violences qui ont 
fait plus de 430 morts, selon les Nations unies.   
       
 
 (Elias Biryabarema et George Obulutsa, Jean-Philippe Lefief 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant