Le président Bouteflika rassure ses concitoyens par message

le
1
Le président Bouteflika rassure ses concitoyens par message
Le président Bouteflika rassure ses concitoyens par message

Officiellement, le chef de l'Etat algérien se «porte bien». Hospitalisé d'urgence au Val-de-Grâce à Paris depuis samedi dernier, pour un accident vasculaire cérébral (AVC) «sans gravité», selon son médecin algérois, Abdelaziz Bouteflika s'est adressé mardi pour la première fois à ses concitoyens, à la veille de la fête du 1er mai. Et de la finale de la 49e Coupe d'Algérie de football, qui a vu la victoire (1-0) de l'USMA (entraînée par le Français Roland Courbis) contre le rival et plus vieux club d'Alger, le MCA, et à laquelle le président algérien aime assister «même s'il n'est pas en forme».

Son message, écrit, et diffusé par l'agence officielle APS, ne dit rien cependant sur son état de santé, ni quand il retrouvera son pays où la spéculation sur son avenir bat son plein. Ce texte a pour objet de rassurer l'opinion. Mais les Algériens, habitués aux communiqués officiels, devront attendre pour voir des images de leur président ou entendre de vive voix son message, comme les autorités d'Alger l'avaient fait lors de son précédent séjour au Val-de-Grâce en dépêchant une équipe de la télévision d'Etat pour l'interroger dans sa chambre.

Le texte intégral diffusé par l'agence officielle

«Il m'est très difficile, alors que je me trouve dans un hôpital à l'étranger, de ne pas être, pour la première fois, aux cotés du peuple algérien pour célébrer la Fête des travailleurs et assister aux finales de la Coupe d'Algérie de football et de la Coupe d'Algérie militaire de football. Quelles que soient les circonstances, je partagerai avec les filles et les fils de ma patrie leur joie en cette journée.

Alors que je continue à recevoir des soins médicaux, je tiens à remercier Dieu Tout Puissant de m'avoir permis de me rétablir et d'être à présent sur la voie de la guérison. Je tiens également à rassurer mes chers compatriotes et à les remercier pour leurs prières et leurs...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le mercredi 1 mai 2013 à 17:36

    Dommage ! L'Algérie ne connaîtra pas encore son printemps.Au fait qui paye la facture du Val de Grâce ?