Le président Bouteflika a regagné l'Algérie

le
0
Le président Bouteflika a regagné l'Algérie
Le président Bouteflika a regagné l'Algérie

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé à Paris depuis fin avril, a décollé mardi vers 13h30 pour Alger depuis l'aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis). A 76 ans, le chef d'Etat a embarqué à bord d'un avion de la présidence algérienne en fauteuil roulant. Alors que les rumeurs sur son état de santé et son lieu d'hospitalisation ont alimenté depuis plus de deux mois les médias, son départ de la capitale française s'est fait en toute discrétion. Quelques minutes avant, un cortège comportant quelques berlines noires et un van blanc était arrivé sur la piste. Des motards de la police et des policiers armés en civil s'étaient postés aux abords du terminal.

Un retour au pouvoir ?

Le 27 avril, Bouteflika avait été admis en urgence à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce pour un AVC, «mineur» et «sans retentissement sur ses fonctions vitales» selon Alger. Il avait ensuite été transféré le 21 mai dans une enceinte militaire des Invalides, pour convalescence, toujours selon Alger. Le 12 juin, il avait été filmé lors d'une visite du chef du gouvernement algérien,. Les images - sans aucun son - diffusées par la télévision d'Etat algérienne étaient destinées à faire taire les rumeurs sur son état de santé.

Ce jour là, le président avait reçu le Premier ministre Abdelmalek Sellal et le chef d'état-major de l'armée, le général Salah Gaïd. Cette audience était en effet survenue alors que des rumeurs alarmantes circulaient sur son décès et que des voix s'élevaient dans l'opposition pour réclamer au Conseil constitutionnel de déclarer la vacance du pouvoir permettant d'engager un intérim et d'organiser une nouvelle élection présidentielle. Alger assurait alors que Bouteflika, même malade, donnait «ses directives».

Depuis, plus rien n'avait filtré.

Le président algérien avait déjà été hospitalisé fin 2005 pendant près d'un mois à Paris pour «un ulcère hémorragique», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant