Le président angolais annonce qu'il ne se représentera pas

le
0
    LUANDA, 11 mars (Reuters) - Le président angolais Jose 
Eduardo dos Santos a annoncé vendredi qu'il quitterait le 
pouvoir au terme de son mandat, en 2018. 
    A la tête du pays depuis 1979, Dos Santos, qui est âgé de 73 
ans, est l'un des dirigeants africains présentant les plus longs 
états de service. 
    "J'ai pris la décision de partir et de finir ma carrière 
politique en 2018", a-t-il dit lors d'un discours retransmis à 
la radio. 
    Dos Santos a été reconduit pour cinq ans en août 2012. Les 
prochaines élections générales auront lieu en 2017, le chef de 
file du parti victorieux deviendra président. 
    Dans son discours, Dos Santos n'a pas désigné de successeur, 
mais l'actuel vice-président Manuel Vicente, ancien dirigeant de 
la compagnie pétrolière publique Sonangol, est considéré comme 
un possible candidat. "Dos Santos le prépare depuis un certain 
temps, il en fait son adjoint en de nombreuses occasions 
importantes, ce qui a adressé un signal fort", dit Gary van 
Staden, politologue de NKC African Economics basé à 
Johannesburg. 
    L'économiste et politologue Nelson Bonavena, de l'Université 
catholique d'Angola, avance lui une autre piste: le président 
sortant préparerait son fils, Jose Filomeno de Sousa dos Santos, 
à briguer la fonction suprême. "Cela pourrait signifier que la 
succession progresse, et que ce sera une succession dynastique", 
a-t-il commenté. 
    Jose Filomeno de Sousa dos Santos dirige déjà le fonds 
d'investissements souverain du pays.      
 
 (Herculano Coroado; Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant