Le président «ami de la Chine» réélu à Taïwan

le
0
L'artisan du rapprochement avec Pékin, Ma Ying-jeou, l'emporte largement. Son opposante, qui prônait plus de fermeté et d'indépendance avec la Chine, démissionne de la tête du parti DPP.

À Pékin, sans nul doute, on respire. À Washington, aussi, dans une moindre mesure. La petite révolution taïwanaise, «verte et féminine» n'a pas eu lieu, et le président sortant Ma Ying-jeou a été réélu ce samedi. La patron du Kuomintang (KMT), artisan du rapprochement entre les deux rives, va donc pouvoir poursuivre son œuvre main dans la main avec les dirigeants de Pékin, durant les quatre années qui viennent. On annonçait un score très serré. Ma l'a finalement emporté avec 51,6% des voix contre 45,6% pour Tsai Ing-wen, la patronne du parti de l'opposition DPP (Democratic Progressive Party). Cette dernière prône plus de fermeté et d'indépendance dans les rapports avec la Chine. La victoire de Ma est cependant moins large qu'en 2008 (17 points d'avance à l'époque). Et les «bleus» du KMT reculent aussi aux élections législatives, même s'ils conservent une majorité de 64 sièges sur 113 à l'assemblée, contre 81 dans la chambre sortante. Le DPP dispos

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant