Le président algérien Abdelaziz Bouteflika hospitalisé à Grenoble

le
2
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika hospitalisé à Grenoble
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika hospitalisé à Grenoble

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika est à nouveau hospitalisé en France. Mais pas au Val-de-Grâce où il avait été soigné l'an dernier après un AVC, mineur selon la version officielle. Cette fois, Bouteflika a été admis dans une clinique de Grenoble, dans l'Isère. Selon le Dauphiné, le chef de l'Etat algérien est arrivé en milieu de semaine à la clinique d'Alembert, qui fait partie du Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble.

Bouteflika est arrivé en catimini jeudi à Grenoble pour des soins de trois jours. Il a été admis au service cardiologie et maladie vasculaire. Alger comme Paris gèrent généralement dans une discrétion absolue les déplacements en France du président algérien pour des raisons de santé. Ainsi la radio d'Etat algérienne s'est contentée, lors d'un flash de' heures ce vendredi, d'annoncer que Bouteflika a adressé un message de félicitation au président palestinien Mahmoud Abbas. Et ne dit pas un mot de cette hospitalisation reprise à la une des journaux indépendants sur leur site Internet. 

Le Dauphiné affirme qu'«un étage entier de la clinique a été réservé à son usage» et qu'une compagnie de CRS était déployée autour du bâtiment et dans le quartier. Le président algérien a été réélu en avril dernier, malgré sa longue maladie, pour un quatrième mandat. En fauteuil roulant, très affaibli, Bouteflika, 77 ans, ne fait que de très rares apparitions à la télévision d'Etat à l'occasion d'une réception d'une personnalité étrangère de passage à Alger, comme c'était le cas le 10 novembre en recevant le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, lors de son déplacement en Algérie à l'occasion de l'inauguration d'une usine Renault. 

L'opacité habituelle sur l'état de santé de Bouteflika 

Par ailleurs, le 7 octobre, le président algérien avait confié à Lakhdar Brahimi, son ami et diplomate algérien ex-chargé de mission de l'ONU ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le vendredi 14 nov 2014 à 19:32

    En plus de mobiliser de crs qui seraient utiles ailleurs, j'observe que renault construit une usine en algerie et que bouteflika vient encore se faire soigner chez nous ( en admettant que l'on puisse encore le soigner ) . Et si on faisait le contraire ??? qu'il se fasse soigner chez lui et que renault construise une usine en france ?? Chut , un journaleux va entendre et va effacer mon message

  • frk987 le vendredi 14 nov 2014 à 17:33

    Vu le nombre de CRS au m2, pas de doute...seraient mieux à faire leur boulot dans les banlieues...