Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a quitté la clinique de Grenoble

le
2
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a quitté la clinique de Grenoble
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a quitté la clinique de Grenoble

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli par la maladie depuis un AVC en 2013, a quitté samedi la clinique de Grenoble où il était hospitalisé depuis jeudi, selon la police.

Le chef d'Etat est reparti de la clinique Alembert vers 13h30 dans une ambulance escortée par plusieurs véhicules de police, en direction de l'aéroport de Grenoble où il était arrivé discrètement jeudi. Un avion de la présidence algérienne en a décollé vers 14h45.

Les raisons qui ont motivé son hospitalisation demeurent inconnues, Alger étant resté muet sur le sujet, de même que la direction du Groupe hospitalier mutualiste dont fait partie la clinique.

Selon le quotidien régional Le Dauphiné Libéré, qui a révélé la présence de M. Bouteflika à Grenoble vendredi, celui-ci a été hospitalisé dans un service de cardiologie et maladie vasculaire, où travaille un professeur de cardiologie qui officiait auparavant à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris, où le chef de l'Etat algérien avait été soigné durant près de trois mois l'an dernier à la suite de son AVC.

Depuis le début de son 4e mandat fin avril, M. Bouteflika n'a fait que de rares apparitions publiques, en fauteuil roulant, alimentant les rumeurs sur son réel état de santé.

Algérie : les précédentes hospitalisations du président Abdelaziz Bouteflika en France

- 26 novembre-17 décembre 2005: Bouteflika séjourne trois semaines à Paris, au Val-de-Grâce, un établissement dépendant du ministère de la Défense et accueillant périodiquement des responsables étrangers et français. Son hospitalisation est marquée par un secret quasi-total, un seul bulletin médical algérien révélant qu'il a été opéré d'un «ulcère hémorragique au niveau de l'estomac».

Abdelaziz Bouteflika passe ensuite deux semaines de convalescence dans un palace de la capitale française, l'hôtel Meurice, avant de regagner Alger.

Du 19 au 21 avril 2006, il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le samedi 15 nov 2014 à 17:36

    Il n'a donc plus la greve des or.d./ures a Grenoble....

  • frk987 le samedi 15 nov 2014 à 17:11

    Dommage, mon quartier était sous haute surveillance.....un CRS au m2, la facture c'est qui qui la paye ???????????????????