Le premier vaccin anti-dengue bientôt produit par Sanofi près de Lyon

le
0

Symbole de l'intérêt des laboratoires pour les maladies tropicales des pays émergents, un premier vaccin contre la dengue, qui touche des millions de personnes chaque année, sera bientôt produit par Sanofi Pasteur près de Lyon.Alors que son concurrent britannique GlaxoSmithKline (GSK) tente de développer un vaccin contre le paludisme, qui tue plus de 650.000 personnes par an, la branche vaccins de Sanofi a parié sur la dengue, sorte de "grippe des tropiques" transmise par des moustiques.Selon l'Organisation mondiale de la santé, entre 50 et 100 millions de cas sont recensés chaque année, dans plus de 100 pays, dont seuls quelques milliers se révèlent mortels. Sanofi Pasteur avance des estimations allant jusqu'à 400 millions d'infections et deux millions d'hospitalisations."Ce vaccin a un grand intérêt économique", des Occidentaux voyageant sous les tropiques jusqu'aux classes moyennes des pays émergents, de l'Asie du sud-est à l'Amérique latine, analyse Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses et ancien président de la Croix-Rouge française."La moitié des habitants du monde sont dans des zones endémiques où est présente la dengue", "en Asie, en Amérique latine et sur la côte sud des Etats-Unis", confirme à l'AFP le pdg de Sanofi Pasteur, Olivier Charmeil.Au-delà de ces zones classiques de pandémie, l'Europe a connu cet automne sa première série durable de cas de dengue depuis les années 1920, avec plus de 1.300 personnes touchées par un virus qu'elles ont contracté à MadèreUn investissement de 350 millions d'eurosAutant de signes prometteurs pour Sanofi, qui a pris des risques avec ce projet de 350 millions d'euros, le plus gros investissement industriel jamais fait en une seule fois par le géant pharmaceutique. Ce fut le premier chèque signé par le pdg de Sanofi, Chris Viehbacher, quelques mois après sa prise de fonctions en 2009.En construisant l'usine de Neuville-sur-Saône sans attendre les résultats des essais cliniques et malgré une expérimentation en demi-teinte, M. Charmeil assume ce "pari industriel", afin de "pouvoir produire immédiatement", dès que le vaccin sera validé par les autorités sanitaires.Sanofi Pasteur rêve ainsi de campagnes de vaccination qui seraient menées à grande échelle en Inde ou au Brésil, où les épidémies de dengue entraînent des engorgements des hôpitaux et des absences de salariés comme quand la grippe s'abat sur l'Europe, devenant un enjeu de rentabilité.Dans l'usine de Neuville-sur-Saône, près de 150 employés y travaillent d'ores et déjà, même si la commercialisation n'est pas prévue avant 2015. Dans les salles sous atmosphère protégée, en tenue de protection bleue, ils testent les cuves où sera cultivée la souche du virus. Des lots de démonstration doivent y être fabriqués en janvier 2013.Et Sanofi Pasteur a lancé ses tests de phase 3 (avec des essais sur plus de 30.000 enfants, de l'Amérique latine à l'Asie du sud-est), étape cruciale avant la validation par les autorités sanitaires des pays intéressés, dont plusieurs ont déjà envoyé des délégations visiter le site selon Sanofi Pasteur."Avec les ministères de la Santé des dix pays dans lesquels nous conduisons des études cliniques, nous avons inclus 31.000 enfants et adolescents de deux à treize ans et nous attendons les résultats d'études de phase trois à la fin de l'année 2014", explique le docteur Jean Lang, directeur du programme dengue."Ce vaccin sera sans doute disponible au mieux à la fin de l'année 2015, de façon plus réaliste dans l'année 2016", ajoute-t-il.Une première étape importante a été franchie avec la publication en septembre dans la revue médicale The Lancet d'une étude montrant que ce candidat-vaccin était partiellement efficace, se basant sur un essai en phase 2 réalisé en Thaïlande.Son efficacité est peu concluante sur une des quatre souches du virus, mais Sanofi-Pasteur relativise en avançant que l'essai n'a été mené qu'auprès de 4.000 enfants thaïlandais et dit attendre les résultats de l'essai de phase 3.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant