"Le premier rôle du latéral, c'est de défendre"

le
0
"Le premier rôle du latéral, c'est de défendre"
"Le premier rôle du latéral, c'est de défendre"

Arrière gauche du PSG et en équipe de France, Laure Boulleau a également rejoint la team Carlsberg, comme Marcel Desailly et Peter Schmeichel. Posée derrière un thé et devant la piscine de l'hôtel Molitor à Paris, la joueuse de 29 ans revient sur le début de cet Euro et notamment sur le premier match délicat de Patrice Évra face à la Roumanie...

Le 21 juin, Carlsberg inaugure le Carls, un bar éphémère sur les berges de Seine qui diffusera les matchs. Ce sera aussi le jour de la fête de la Musique. Ça tombe bien, tu joues au foot et tu adores la musique. D'ailleurs, tu mettrais quel morceau dans le vestiaire des Bleus mercredi soir ?
Les copains d'abord parce que ensemble, together, victoire, tout ça… S'ils gagnent le deuxième match, ils seront sûrement qualifiés. Et on sait que quand on est copains, ça fonctionne mieux. Après, c'est difficile de juger : parfois on a l'impression que l'ambiance est super alors qu'elle ne l'est pas. Mais c'est vrai qu'il se dégage quelque chose de ces Bleus, une bonne énergie, une nouvelle génération qui vient s'imposer, qui apporte une certaine fraîcheur. Je vois beaucoup de sourires, c'est en tout cas ce qui est véhiculé par les réseaux sociaux de l'équipe de France et je ne pense pas qu'ils se forcent à sourire !

Tu penses qu'il faut absolument être potes pour réussir une belle aventure sportive ?
On peut y arriver sans l'être, mais c'est plus facile quand on l'est. Par exemple, l'Atlético donne l'impression d'avoir des joueurs vachement soudés alors que ceux du Real seraient plus individuels. C'est un ressenti, donc c'est compliqué, mais j'ai l'impression que quand on a une équipe qui ne serait pas la meilleure techniquement ou tactiquement, c'est peut-être ce truc-là qui fera que l'équipe sera meilleure et pourra gagner contre une équipe meilleure sur le papier.

En tant qu'arrière gauche, qu'as-tu pensé de la prestation, très critiquée dans les médias, de Patrice Évra vendredi soir face à la Roumanie ?
Je suis moins sévère. Effectivement, il n'a pas fait un bon match, je ne vais pas inventer un truc, mais si on regarde plus globalement l'équipe, il était souvent en deux contre un dans son couloir, et il a mal géré ça. Quand on est en deux contre un, peut-être qu'on doit accompagner plutôt que d'aller se jeter ou de perdre un un-contre-un alors qu'il aurait suffi d'être plus agressif sur le porteur du ballon.

On a beaucoup remis en question son entente avec Matuidi côté gauche pendant cette rencontre…
Ça va se régler. Clairement, dans l'équipe, il n'y a…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant