Le premier permis de construire numérique 3D de France

le
0

En région parisienne, le premier «BIM» a été délivré pour un ensemble de 109 logements sociaux. Cela confirme que la 3D et la modélisation numérique continuent leur avancée dans la construction et l’immobilier.

C’est une grande première. «Une veritable révolution dans le monde», ose même Le Parisien. Et cela se déroule en région parisienne, dans la commune de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne). Emmaüs Habitat et l’architecte François Pélegrin ont déposé le premier permis de construire numérique (BIM) de France, pour un ensemble de 109 logements sociaux, 82 dans cinq immeubles classiques, et 27 logements dans des maisons jumelées. Ces constructions en bois seront préfabriquées par Bénéteau Habitat, et seront assemblées en une journée chacune. Le tout sera situé dans un écoquartier baptisé Sycomore.

SI ce type de projet n’a rien de révolutionnaire, c’est la manière dont il a été validé qui est une nouveauté: l’utilisation d’une technologie de modélisation 3D qui permet de rassembler la totalité des éléments du projet dans le même plan numérique. Imaginez: on vous présente votre - potentiel - futur quartier et ses formes en 3D afin que vous vous fassiez un véritable avis! S’il est utilisé depuis des années dans les secteurs de l’aéronautique ou de l’automobile, c’est la première fois qu’un BIM est utilisé pour un projet de construction.

Des plans numériques et une maquette réalisée à l’imprimante 3D. Des visuels plus pratiques pour se projeter et pour comprendre. «Il y a un côté magique avec le BIM qui permet à tous les acteurs du projet de le visualiser et de se promener de la cave au grenier depuis une tablette numérique ou même un smartphone, explique au Parisien l’architecte François Pélegrin. Le BIM permet de passer du discours à la justification visuelle, tout le monde peut comprendre.» Autre avantage non négligeable: cette technologie permet d’anticiper les erreurs ou les éléments qui poseront problème à un moment donné sur le chantier. «On supprime 15 à 20 % de gâchis de matériaux», précise Nicolas Ferrand, directeur général d’Epamarne à l’initiative du projet.

Au global, dans le secteur immobilier, la 3D s’implante peu à peu, et commence à boulverser les pratiques. La possibilité de visiter en 3D des biens immobiliers est désormais assez largement répandue! Des promoteurs immobiliers comme Vinci ou Kaufman & Broad ont d’ores et déjà leur application qui permet à leurs clients de faire une immersion 3D dans un appartement... directement sur leur smartphone! Avec ce mécanisme, plus besoin de perdre plusieurs après-midi de visites peu convaincantes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant