Le premier Mistral russe est à flot

le
0
La construction à Saint-Nazaire de ce porte-hélicoptères a irrité le lobby de l'industrie militaire russe.

Cent quatre-vingt-dix-neuf mètres de long, un équipage de 177 hommes et un pont capable d'abriter huit hélicoptères de guerre. Le Vladivostok, porte-hélicoptères de 22.000 tonnes, qui pourrait devenir l'un des fleurons de la marine russe a été pour la première fois mis à l'eau, mardi matin à Saint-Nazaire. L'aboutissement d'un contrat de plus d'un milliard d'euros conclu en mai 2011 entre Paris et Moscou. Un deuxième bâtiment, le Sébastopol, est en cours de construction. L'accord était emblématique: pour la première fois, l'armée russe, très conservatrice, acceptait de confier à un chantier naval occidental la construction de navires de guerre.

Depuis deux ans, l'enthousiasme de la coopération bilatérale est néanmoins retombé. Naguère formulée, l'hypothèse de la production de deux porte-hélicoptères supplémentaires, où l'industrie rus...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant