Le premier Mistral livré à la Russie le 14/11, dit Moscou

le
4

(Actualisé avec DCNS) MOSCOU/PARIS, 29 octobre (Reuters) - La Russie a annoncé mercredi avoir été invitée par la France à prendre livraison du premier porte-hélicoptères Mistral le 14 novembre, une information non confirmée par Paris, qui réaffirme qu'aucune décision n'a encore été prise. Sur son compte Twitter, le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine publie une lettre présentée comme celle du vice-président du groupe public d'armement naval, DCNS, Pierre Legros, à la société publique russe Rosoboronexport. "J'ai l'honneur de vous inviter personnellement à la cérémonie de livraison qui aura lieu le 14 novembre à Saint-Nazaire" (Loire-Atlantique), écrit Pierre Legros dans ce courrier daté du 8 octobre dont l'authenticité n'a été ni confirmée ni infirmée par DCNS. La DCNS affirme dans une déclaration "qu'aucune date de livraison ne peut être confirmée à ce stade", le groupe étant toujours "en attente des autorisations gouvernementales d'exportation nécessaires pour la réalisation d'un transfert". Au ministère de la Défense, on indique que la position de la France n'a pas changé. "Aucune décision n'a encore été prise concernant la livraison du Mistral, la décision sera prise courant novembre par le président de la République", indique-t-on dans l'entourage du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Sous la pression de ses partenaires, notamment américains, hostiles à la livraison des deux "bâtiments de projection et de commandement" (BPC) en pleine crise ukrainienne dans laquelle le rôle de Moscou a été dénoncé par les Occidentaux, François Hollande avait annoncé le 3 septembre dernier que les conditions n'étaient pas réunies pour livrer le premier navire. DEUXIÈME MISTRAL MIS A L'EAU EN NOVEMBRE Le 16 octobre, il avait déclaré que le respect du cessez-le-feu en Ukraine restait l'une des conditions pour que la France accepte de livrer les Mistral. Le premier d'entre eux, le Vladivostok, devait initialement être livré en octobre et 400 marins russes se forment depuis le 30 juin à sa manoeuvre dans le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Selon le vice-Premier ministre russe, le deuxième porte-hélicoptère commandé par son pays, le Sébastopol, dont la livraison est prévue pour fin 2015, serait mis à l'eau le 14 novembre. Un refus de livrer les deux navires Mistral commandés par la Russie, dont la vente représente un montant d'1,2 milliard d'euros, obligerait la France à dédommager Moscou et tendrait les relations avec Paris. Il s'agirait également d'une mauvaise nouvelle pour les chantiers navals STX de Saint-Nazaire qui construisent les deux navires pour le compte de DCNS et de la Direction générale de l'armement (DGA). A la fois navire-amphibie, poste de commandement et hôpital embarqué, le Vladivostok - construit à Saint-Nazaire et à Saint-Pétersbourg peut transporter jusqu'à 16 hélicoptères et déployer à terre 450 soldats et des "forces mécanisées", selon STX. (Alexei Anishchuk à Moscou et Marine Pennetier et John Irish à Paris, avezc Guillaume Frouin à Nantes, Marc Angrand pour le service français, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Robby29 le mercredi 29 oct 2014 à 19:27

    Ne pas le livrer couterait une fortune et mettrait une société de 13000 personnes en difficulté. Sage décision.

  • LeRaleur le mercredi 29 oct 2014 à 18:28

    Un contrat a été signé, et il a été payé. Il doit donc être livré.

  • M7361806 le mercredi 29 oct 2014 à 18:17

    C'est du travail en FRANCE ? IL FAUT LIVRERET SE FAIRE PAYER ,

  • dotcom1 le mercredi 29 oct 2014 à 17:56

    Un journaliste pourait-il nous dire à partir de quel moment est-ce que les indemnités se déclenchent-elles?