Le Premier ministre ukrainien Iatseniouk démissionne

le , mis à jour à 19:06
0
 (Actualisé avec contexte et réaction) 
    KIEV, 10 avril (Reuters) - Le Premier ministre ukrainien, 
Arseni Iatseniouk, a annoncé sa démission dimanche, laissant le 
champ libre à la coalition au pouvoir pour le remplacer par le 
président du Parlement, Volodimir Groisman, un allié du 
président Petro Porochenko et tenter ainsi de former un 
gouvernement plus stable que le sien. 
    Arseni Iatseniouk a survécu à une motion de censure en 
février mais les tensions politiques et des scandales de 
corruption avaient fragilisé la coalition qu'il dirigeait, 
retardant encore le versement des aides prévues par le programme 
de soutien du Fonds monétaire international (FMI), d'un montant 
total de 17,5 milliards de dollars (15,4 milliards d'euros). 
    Son départ devrait accélérer la formation d'un nouveau 
gouvernement sans pour autant éliminer tous les obstacles à 
l'adoption des réformes bloquées au Parlement, car plusieurs 
partis populistes ayant quitté la coalition affichent leur 
volonté de s'opposer aux mesures d'austérité qu'impose le 
programme du FMI.  
    "J'ai pris la décision de démissionner de mon poste de 
Premier ministre d'Ukraine. Mardi, 12 avril, je la soumettrai au 
Parlement", a dit Arseni Iatseniouk lors d'une allocution 
télévisée. 
    "La crise politique dans le pays a été créée 
artificiellement. La volonté de changer une personne a aveuglé 
des responsables politiques et paralysé leur volonté d'apporter 
de véritables changements dans le pays", a-t-il ajouté.  
    Nommé en 2014, Arseni Iatseniouk avait vu sa cote de 
popularité s'effriter au fil des mois pour tomber à moins de 
10%, notamment parce qu'une partie de l'opinion publique lui 
reproche de ne pas avoir fait assez pour obliger les oligarques 
ukrainiens à rendre des comptes.  
     
    POROCHENKO PEUT RENFORCER SON POUVOIR 
    Le "Bloc Petro Porochenko" (BPP), le parti présidentiel, et 
le Front populaire d'Arseni Iatseniouk devaient annoncer dans 
les prochains jours la formation d'une nouvelle coalition.  
    Dans son allocution, Iatseniouk a assuré que son mouvement 
restait attaché à la coalition et il a laissé clairement 
entendre que son successeur serait Groisman, 38 ans, ancien 
maire d'une ville de l'ouest du pays. 
    "La formation parlementaire du Bloc Petro Porochenko a 
désigné Volodimir Groisman pour le poste de Premier ministre. 
Ayant tout fait pour assurer la stabilité et la continuité, 
j'annonce ma décision de transférer les obligations et 
responsabilités de chef du gouvernement de l'Ukraine", a dit 
Iatseniouk.  
    Un éclatement de la coalition gouvernementale aurait pu 
conduire à la convocation de législatives anticipées, donc 
retarder les réformes. Au contraire, la perspective de la 
formation d'un nouveau gouvernement pourrait faciliter le 
versement par le FMI d'une nouvelle tranche d'aide de 1,7 
milliard de dollars, retardé depuis octobre.  
    La nomination de Groisman au poste de Premier ministre 
pourrait toutefois décevoir certains partisans des réformes et 
du rapprochement avec l'Occident, qui espéraient voir la 
ministre des Finances, Natalia Iaresko, une technocrate née aux 
Etats-Unis, prendre la tête du gouvernement.  
    En outre, en nommant Groisman, Porochenko et ses proches 
pourraient encore renforcer leur emprise sur le pouvoir, alors 
qu'ils sont déjà accusés de vouloir exercer une influence 
excessive sur le fonctionnement des institutions.  
    "Le président aura davantage d'autorité, davantage de 
pouvoir pour son équipe. Seul le temps dira s'il utilise cette 
autorité et ce pouvoir pour le bien de l'Ukraine", a déclaré 
Anton Guerachtchenko, député du Front populaire, sur la chaîne 
de télévision 112.  
     
 
 (Alessandra Prentice; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant