Le Premier ministre slovène évoque la possibilité d'une aide

le
0
LE PREMIER MINISTRE SLOVÈNE ÉVOQUE LA POSSIBILITÉ D'UNE AIDE
LE PREMIER MINISTRE SLOVÈNE ÉVOQUE LA POSSIBILITÉ D'UNE AIDE

LJUBLJANA (Reuters) - Le Premier ministre slovène a dit jeudi avoir, pour la première fois, discuté de la "possibilité" d'une aide internationale pour les banques du pays, un signe de plus tendant à indiquer que Ljubljana pourrait demander un plan de sauvetage cette année ou en 2014.

Les banquiers centraux et autres responsables affirment depuis des semaines que ce petit pays de la zone euro risque d'être incapable de recapitaliser par lui-même ses banques en difficulté, une fois connus les résultats des tests de résistance ("stress tests"), en novembre.

Alors que les marchés financiers guettent tout ce qui pourrait laisser penser qu'un plan d'aide est en préparation, le Premier ministre, Alenka Bratusek, a souligné qu'aucune décision ne pourrait être prise avant les résultats des "stress tests".

Mais jusqu'à présent elle avait toujours démenti qu'un plan de sauvetage figurait même parmi les possibilités.

"Nous parlons également avec la Banque de Slovénie de cette possibilité, de ce que cela signifierait d'obtenir de l'aide pour le secteur bancaire (...), mais il ne faut pas spéculer à partir de là que la Slovénie aura effectivement besoin d'aide", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion régulière du conseil des ministres.

Tous les membres de la zone euro ont le droit de demander une aide financière du Mécanisme européen de Stabilité (MES) mis en place en 2012 pour financer les Etats en difficulté.

Les banques slovènes, publiques pour la plupart, sont alourdies par 7,5 milliards d'euros de créances douteuses, qui représentent 21,5% du PIB du pays, ratio qui alimente les spéculations autour d'une demande de plan de sauvetage dans les mois à venir.

La Slovénie a jusqu'au 1er octobre pour présenter à la Commission européenne un plan de réformes visant à ramener son déficit budgétaire à 3% en 2015, contre 7,9% estimé cette année.

Lundi, le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem doit se rendre à Ljubljana pour évoquer ces réformes.

Il y a une semaine, Uros Cufer, ministre des Finances slovène avait déclaré que les banques du pays étaient faibles et que la confiance dans le système était limitée.

La Slovénie a été le pays de la zone euro ayant connu la plus forte croissance en 2007 mais a été durement frappée depuis par la crise financière internationale en raison de la dépendance de son économie aux exportations.

Le pays est entré en récession en 2012 dans un contexte de baisse des exportations, de crise du crédit et recul de la demande intérieure suite aux réductions de dépenses de l'Etat.

Marja Novak; Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux