Le premier ministre sacrifié au nom de la crise ukrainienne

le
0

Mikola Azarov a annoncé mardi matin avoir personnellement présenté sa démission au président Viktor Ianoukovitch. Le Parlement a de son côté abrogé les très sévères lois anticontestation à l'origine de la radicalisation de la contestation pro-européenne

Mikola Azarov fait les frais de la crise ukrainienne. Mardi, le premier ministre a présenté personnellement sa démission au président Viktor Ianoukovitch, au moment même où s'est ouvert une session extraordinaire du Parlement sur la situation que traverse le pays depuis deux mois. «J'ai pris la décision de demander au président d'accepter ma démission du poste de premier ministre, pour créer les conditions supplémentaires d'un compromis politique et d'un règlement pacifique du conflit», explique l'intéressé. «Aujourd'hui, le plus important est de préserver l'unité et l'intégrité de l'Ukraine. C'est bien plus important que toute ambition personnelle», justifie-t-il. Selon la constitution ukrainienne, la décision...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant