Le Premier ministre portugais accusé d'avoir caché des revenus

le
0

LISBONNE, 25 septembre (Reuters) - Le parquet général portugais a confirmé jeudi qu'il allait examiner des accusations selon lesquelles le Premier ministre Pedro Passos Coelho aurait perçu d'une entreprise l'équivalent de 150.000 euros à la fin des années 1990, alors qu'il était député, sans déclarer ces sommes ni au fisc ni au Parlement. C'est le chef du gouvernement lui-même qui a demandé cette semaine au parquet de se saisir de ce dossier afin de "clarifier" la situation. "Nous confirmons avoir reçu une demande", a déclaré une porte-parole du parquet général. Le Premier ministre souhaite que la justice établisse s'il y a eu faute de sa part. Si c'est le cas, il s'est dit prêt à en tirer les conclusions. Dirigeant du Parti social-démocrate, Passos Coelho est au pouvoir depuis 2011. Il a imposé au pays des mesures d'austérité draconiennes en échange d'un plan de sauvetage de 78 milliards d'euros de la part de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), qui s'est achevé en mai dernier. Selon le quotidien Publico, il aurait reçu entre 1997 et 1999 d'une entreprise de formation professionnelle, Tecnoforma, 150.000 euros pour diriger une ONG, le Centre portugais pour la coopération. Les prochaines élections législatives sont prévues dans neuf mois au Portugal. (Axel Bugge avec Andrei Khalip; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant