Le Premier ministre libyen se plaint de ne pas recevoir d'armes

le
0

LE CAIRE/TRIPOLI, 24 février (Reuters) - Le Premier ministre libyen Abdallah al Thinni, dont le gouvernement est seul reconnu par la communauté internationale, a critiqué mardi les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Union européenne qui refusent de lui fournir des armes pour combattre le gouvernement rival mis en place à Tripoli par les miliciens de l'"Aube libyenne". Thini, son gouvernement et la Chambre des représentants, le Parlement élu en juin dernier, se sont repliés dans l'est de la Libye après la prise de Tripoli par les miliciens en août. "Malheureusement, la communauté internationale, et notamment les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Union européenne, refuse de fournir des armes à l'armée libyenne", a déploré Abdallah al Thinni dans une interview à la chaîne de télévision Al Arabiya. "L'Aube libyenne fait partie de ces groupes islamistes qui reçoivent des armes, des munitions et du matériel du monde entier", a-t-il ajouté. "Mais l'Amérique et la Grande-Bretagne ont d'autres idées, qui ne servent pas les intérêts du peuple de Libye." La Libye fait toujours l'objet d'un embargo international sur les armes, décidé lors du soulèvement contre Mouammar Kadhafi en 2011. Mardi, une commission de la Chambre des représentants repliée à Tobrouk a décidé de créer un poste de commandant en chef militaire chargé de coordonner les opérations contre les milices et les djihadistes. Ce poste devrait échoir au général Khalifa Haftar, dont les forces se sont alliées à l'armée nationale pour combattre les islamistes dans l'Est, notamment à Benghazi. (Mostafa Hashem et Feras Bosalum, avec Ayman al-Warfalli et Ahmed Elumami, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant