Le Premier ministre libyen accuse la Turquie d'armer ses rivaux

le
0

LE CAIRE, 27 février (Reuters) - Le Premier ministre libyen Abdallah al Thinni, dont le gouvernement est seul reconnu par la communauté internationale, accuse la Turquie d'armer ses rivaux de l'"Aube libyenne" qui contrôlent la capitale Tripoli depuis août dernier. "La Turquie est un Etat qui ne se comporte pas honnêtement avec nous. Elle exporte des armes afin que les Libyens s'entretuent", a-t-il affirmé dans une interview à la chaîne de télévision égyptienne CBC. Le ministère turc des Affaires étrangères a rejeté vendredi ces accusations. "Au lieu de toujours répéter les mêmes allégations sans fondement, nous ne pouvons qu'inciter le gouvernement libyen à soutenir les efforts des Nations unies en vue d'un accord politique", a dit Tanju Bilgic, porte-parole du ministère. "Notre politique envers la Libye est très claire: nous sommes contre toute ingérence extérieure et nous appuyons sans réserve le dialogue politique en cours mené sous l'égide des médiateurs de l'Onu", a-t-il ajouté. Abdallah al Thinni a redit à CBC que son gouvernement exclurait les sociétés turques de tout contrat dans les territoires qu'il contrôle dans l'est de la Libye. La Turquie, parfois accusée de sympathie envers les islamistes, est l'un des rares pays à avoir reçu publiquement des représentants de l'"Aube libyenne", une coalition de milices qui a installé son propre gouvernement à Tripoli et y a rétabli l'ancien Parlement, le Congrès général national (CGN). Le Premier ministre libyen a également mis en cause dans son interview le Qatar, qu'il accuse aussi de soutenir ses rivaux. (Ahmed Tolba avec Tulay Karadeniz à Istanbul, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant