Le Premier ministre israélien ne veut pas de réfugiés syriens

le
0

JERUSALEM, 6 septembre (Reuters) - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté dimanche l'appel du dirigeant de l'opposition Isaac Herzog à accueillir des réfugiés fuyant la guerre en Syrie, affirmant que l'Etat juif était trop petit pour répondre à une telle demande. Lors du conseil des ministres, le chef du gouvernement a répondu à Isaac Herzog, chef de l'Union sioniste, le principal parti de l'opposition, en soulignant qu'il n'était "pas indifférent à la tragédie humaine" des réfugiés syriens. Il a rappelé que des blessés du conflit syrien étaient soignés dans des hôpitaux israéliens. "Cependant, Israël est un Etat très petit, géographiquement et démographiquement", a-t-il souligné. Pour Isaac Herzog, Israël a le "devoir moral" d'accepter les réfugiés qui fuient les "persécutions" Pour sa part, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé que les réfugiés palestiniens installés en Syrie seraient accueillis en Cisjordanie s'ils désirent s'y installer. Pour les Israéliens, la question du "droit au retour" des réfugiés palestiniens ne doit être réglé que dans le cadre d'un accord de paix général israélo-palestinien. Benjamin Netanyahu a par ailleurs déclaré qu'Israël devait renforcer ses contrôles aux frontières face à l'immigration en provenance d'Afrique et aux éventuelles infiltrations de groupes armés. Il a annoncé le début de la construction d'une clôture de sécurité sur trente kilomètres le long de la frontière entre Israël et la Jordanie, au nord du port d'Eilat. Une telle clôture, haute de cinq mètres, existe déjà depuis deux ans à la frontière israélo-égyptienne, entre la bande de Gaza et Eilat. La Jordanie et Israël ont 240 kilomètres de frontière commune. Les deux pays coordonnent également les opérations de contrôle dans la vallée du Jourdain le long des 95 km de frontière entre la Jordanie et la Cisjordanie occupée. La clôture qui va être établie sur une partie méridionale de la frontière israélo-jordanienne contribuera à assurer la sécurité de l'aéroport qui doit ouvrir l'an prochain à Timna, à 20 kilomètres d'Eilat. Israël a signé un traité de paix avec l'Egypte en 1979 et avec la Jordanie en 1994. (Maayan Lubell, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant