Le Premier ministre irakien toujours inquiet face à l'EI

le
0

BERLIN, 4 avril (Reuters) - Malgré les récents succès remportés par son armée, le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi juge qu'il sera extrêmement difficile de venir à bout de l'Etat islamique (EI) tant que le groupe djihadiste recrutera des combattants étrangers totalement endoctrinés. Dans un entretien accordé au magazine allemand Der Spiegel publié samedi, il estime que 57% des combattants de l'EI sont des Irakiens qui ne posent pas trop de problèmes car, selon lui, ils s'en vont quand l'armée irakienne entre dans une ville reconquise. "Les 43% qui restent, des combattants étrangers idéologiquement endoctrinés, se retrouvent, eux, le dos au mur. Si Daech continue de recruter tant de combattants étrangers, aucune armée dans notre région ne pourra en venir à bout", dit le Premier ministre irakien. La communauté internationale, poursuit-il, doit lutter contre l'endoctrinement des jeunes sur internet par les islamistes "tout comme elle traque les réseaux pédophiles à travers le monde". Selon les services de sécurité allemands, quelque 600 ressortissants allemands ont rejoint les groupes djihadistes en Irak et en Syrie. Dans cette interview, le chef du gouvernement irakien, s'il salue la reconquête cette semaine de la ville de Tikrit, au nord de Bagdad, souligne le danger que représentent toujours les islamistes de l'EI. "Ils continuent de recruter, ils ont d'énormes ressources financières et, honnêtement, une armée en uniforme ne peut à elle seule faire face à cette situation", dit-il. (Michelle Martin, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant