Le Premier ministre hongrois dénonce la "rébellion" des migrants

le
0

BUDAPEST, 11 septembre (Reuters) - Les migrants qui franchiront illégalement la frontière entre la Serbie et la Hongrie à compter du 15 septembre seront arrêtés, a déclaré vendredi le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a dénoncé la "rébellion" des immigrés arrivés par milliers dans son pays. "Etant donné que nous devons faire face à une rébellion de ces migrants illégaux, la police fait son travail de façon remarquable, sans faire usage de la force", a-t-il dit après une rencontre avec Manfred Weber, qui préside le groupe PPE (Parti populaire européen, droite) au Parlement de Strasbourg. Les migrants, a ajouté Viktor Orban, "ont occupé des gares, refusé de se laisser prendre leurs empreintes digitales, n'ont pas voulu coopérer et refusent d'aller là où ils pourraient recevoir de la nourriture, de l'eau et des soins médicaux (...) Ils se sont rebellés contre l'ordre juridique hongrois." A partir du 15 septembre, a-t-il averti, une nouvelle législation sur l'immigration entrera en vigueur et les clandestins qui franchiront la frontière seront arrêtés. Rien que pour la journée de jeudi, 3.601 migrants ont été interpellés par la police hongroise à la frontière. Le nombre de réfugiés en Hongrie, porte d'entrée dans l'espace communautaire européen via les Balkans, pourrait atteindre cette année 400.000 ou 500.000, selon le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto. Plus de 170.000 ont déjà été enregistrés. Viktor Orban a invité l'Union européenne à aider la Grèce, premier pays de l'UE où arrivent les migrants, dont un grand nombre fuient les conflits en Syrie, en Irak et en Afghanistan. "Il faut agir vite pour créer les bases légales du déploiement d'une force européenne aux frontières de la Grèce afin de faire appliquer la législation de l'UE", a-t-il dit. "ÉTAT DE CRISE" ? Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé qu'il allait envoyer des structures préfabriquées pour loger 300 familles en Hongrie, avec l'accord de Budapest. Une aide humanitaire d'urgence pour 95.000 personnes va également être envoyée dans les pays de la région, Hongrie, Serbie, Macédoine et Grèce. Le HCR a précisé qu'il suivait avec attention les travaux d'édification d'une clôture par la Hongrie le long de ses 175 km de frontière avec la Serbie, qui pourrait être achevée début octobre. La police hongroise a par ailleurs ouvert une enquête après la diffusion sur internet d'une vidéo montrant des policiers portant des masques chirurgicaux en train de lancer des sandwiches à une foule de migrants dans un centre d'accueil. Cette vidéo a été tournée dans un camp de réfugiés à Roszke, à la frontière serbe, où des milliers de migrants arrivent chaque jour. Elle a été postée sur le fil YouTube de l'homme politique autrichien Alexander Spritzendorfer et a été filmée par l'épouse de ce dernier, Michaela Spritzendorfer-Ehrenhauser. (lien: https://youtu.be/bRbmFYYbcyw https://youtu.be/zxLnlpFATnE) Interrogé, le porte-parole du gouvernement hongrois, Zoltan Kovacs, a déclaré que les réfugiés ne restaient en général que quelques heures dans ce centre d'accueil mais que certains pouvaient y demeurer pendant deux jours, dans le cadre d'une procédure approuvée par l'Union européenne. "Je vois des policiers qui font leur devoir depuis des mois et tentent de s'occuper de 23.000 migrants qui ne cessent d'arriver jour après jour et qui ne montrent aucun esprit de coopération", ajoute Zoltan Kovacs dans un courriel. "Je vois ces policiers qui tentent de maintenir l'ordre parmi ces gens qui ne sont pas capables de faire la queue pour recevoir de la nourriture." Jeudi, le ministère hongrois de l'Intérieur a proposé l'instauration d'un "état de crise" dans le pays, une proposition qui sera examinée mardi en conseil des ministres. Cette mesure s'inscrirait dans le cadre de la nouvelle législation adoptée la semaine passée qui vise à renforcer les contrôles sur l'arrivée de migrants. ID:nL5N11G31G LIEN Pour retrouver LE POINT sur la crise des réfugiés: ID:L5N11B061 (Gergely Szakacs, Krisztina Than, Thomas Escritt et Jan Lopatka; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant