Le premier ministre grec Papandréou joue son va-tout

le
0
Aux exigences européennes et à la colère de la rue vient s'ajouter la fronde des députés de la majorité.

En prenant la décision de remanier le gouvernement, Georges Papandréou a ouvert les outres d'Éole et déchaîné des passions politiques. À peine engagées les tractations pour un nouveau gouvernement, deux députés de la majorité socialiste du Pasok ont démissionné et trente-cinq autres ont demandé une réunion de crise. Elle a été acceptée.

Lors de cette réunion, le premier ministre grec n'a pu qu'exhorter ses députés à «comprendre ce moment dramatique» et à «œuvrer tous ensemble pour surmonter la crise. Les jours prochains sont cruciaux, a-t-il ajouté. Nous ne pouvons déserter. Je comprends la colère, mais elle ne suffit pas», a insisté Georges Papandréou, qui doit ­faire voter les nouvelles mesures du plan de rigueur pour recevoir l'aide ­financière du Fonds monétaire international et de l'Union européenne.

À Bruxelles, le président de l'UE, Herman Van Rompuy, appelait au même moment les dirigeants grecs à «prendre leurs responsabilités» . «Ce

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant