Le Premier ministre grec absent du sommet européen du 28 juin

le
0
Le Premier ministre grec absent du sommet européen du 28 juin
Le Premier ministre grec absent du sommet européen du 28 juin

ATHÈNES (Reuters) - Antonis Samaras, qui vient de prendre ses fonctions de chef du gouvernement grec, a été opéré de l'oeil samedi et sera de ce fait absent du sommet européen des 28 et 29 juin, a annoncé dimanche le porte-parole du gouvernement Simos Kedikoglou.

Lors de ce sommet, déterminant pour l'avenir de la zone euro, Athènes devrait chercher à assouplir les conditions de son plan de renflouement international.

Victime d'un décollement de la rétine, Antonis Samaras, âgé de 61 ans, a subi samedi avec succès une opération au laser et devrait sortir de l'hôpital lundi.

"Son médecin lui a demandé de ne pas voyager et de rester chez lui pendant quelques jours", a déclaré le porte-parole.

L'hôpital a déclaré qu'il était en "bonne" forme et que son état "s'améliorait".

Son ministre des Finances Vassilis Rapanos, qui avait eu un malaise vendredi avant sa prestation de serment, sera également absent à Bruxelles.

Âgé de 64 ans, il s'était plaint vendredi de nausées, de fortes douleurs abdominales et de vertiges. Il a subi des examens qui se sont révélés "très satisfaisants" mais reste hospitalisé en vue de poursuivre son traitement, a précisé dans un communiqué l'hôpital Hygeia à Athènes.

La Grèce sera représentée à Bruxelles par le ministre des Affaires étrangères Dimitris Avramopoulos et par le ministre des Finances sortant, George Zanias, a annoncé Simos Kedikoglou.

Un responsable européen a confirmé dimanche que les inspecteurs de la troïka (Fonds monétaire international, Commission européenne et BCE) avaient reporté de "quelques jours" leur visite à Athènes qui devait commencer lundi.

Un responsable du gouvernement grec avait auparavant indiqué, sous couvert d'anonymat, que ce report était envisagé.

La troïka doit faire le point sur l'état d'avancement des réformes et préparer une mise à jour des termes de l'aide octroyée à la Grèce après les résultats des élections législatives du 17 juin.

Le nouveau gouvernement grec souhaite un allègement de la fiscalité, des aides pour les chômeurs et les travailleurs pauvres, un gel des suppressions d'emplois dans le secteur public et davantage de temps pour réduire son déficit public.

S'il était mis en oeuvre dans son intégralité, ce projet annulerait une partie importante des mesures d'austérité que le pays a dû accepter en février pour obtenir un plan de sauvetage de 130 milliards d'euros de la part de ses créanciers internationaux.

Matt Robinson, Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant