Le premier ministre du Kosovo accusé de trafic d'organes

le
0
Selon un rapport publié mercredi par le Conseil de l'Europe, Hashim Thaçi a dirigé pendant la guerre du Kosovo, à la fin des années 1990, un trafic international d'organes prélevés sur des prisonniers serbes.

Une atrocité de plus dans la guerre du Kosovo. Un rapport du Conseil de l'Europe rendu public mercredi affirme que des responsables de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) se sont livrés à la fin des années 90 à un trafic d'organes prélevés sur des prisonniers serbes. Un document accablant pour l'actuel premier ministre kosovar, Hashim Thaçi, soupçonné d'avoir dirigé ce trafic, et pour la communauté internationale, accusée d'avoir fermé les yeux sur ces crimes.

À la fin des années 1990, le Kosovo est une province de Serbie, elle-même incluse dans la République fédérale de Yougoslavie. La population albanaise, minoritaire dans le pays, est toutefois majoritaire au Kosovo et revendique son indépendance. Après plusieurs années de guérilla, le conflit éclate en 1998 entre l'Armée de libération du Kosovo (UCK), une milice indépendantiste kosovare, et l'armée serbe. Emmenée par Slobodan Milosevic, cette dernière mène une terrible répression à l'encontre d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant