Le premier brasseur du Venezuela à l'arrêt faute d'orge

le
2
    CARACAS, 21 avril (Reuters) - La plus importante entreprise 
privée du Venezuela, Empresas Polar, a annoncé jeudi qu'elle 
allait cesser sa production de bière dans un peu plus d'une 
semaine faute de pouvoir importer les matières premières 
nécessaires. 
    Le brasseur a mis en cause le contrôle des changes imposé 
par le gouvernement socialiste du président Nicolas Maduro, qui 
l'empêche de disposer de devises étrangères suffisantes pour 
s'approvisionner. 
    "Depuis l'année dernière, nous avons prévenu le pays de la 
grave situation que nous connaissons, et nous sommes à court 
d'options de financement avec nos fournisseurs internationaux", 
a dit Polar dans un communiqué. "Notre stock d'orge malté ne 
nous permettra de produire que jusqu'au 29 avril." 
    Plus gros groupe alimentaire du pays, Polar produit environ 
80% de la bière consommée au Venezuela. 
    Le gouvernement accuse fréquemment le groupe d'exagérer ses 
besoins en dollars et de se livrer à de l'accaparement au nom de 
la "guerre économique" que mèneraient le monde des affaires, 
l'opposition et les Etats-Unis pour saper le socialisme au 
Venezuela. 
    "Parasite!" a lancé au début du mois le président Maduro à 
l'égard du président de Polar, le millionnaire Lorenzo Mendoza, 
souvent dépeint par le gouvernement comme le symbole d'un 
capitalisme sans scrupules. "Vous ne devriez pas vous inquiéter 
des dollars, car vous en détenez plein à l'étranger", a-t-il 
ajouté. 
    Le groupe Polar est bien connu des 30 millions 
deVvénézuéliens non seulement pour sa bière mais aussi pour la 
farine qu'il produit et qui est utilisée dans la confection du 
plat national, les arepas, de petites galettes de maïs. 
    La société a précisé que la suspension de l'activité dans 
ses quatre brasseries affecterait quelque 10.000 salariés. 
 
 (Corina Pons; Julie Carriat pour le service français, édité par 
Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair il y a 8 mois

    Ne rions pas car les memes causes produisent les memes effets et ce qui se passe au Venezuela avec leur politique socialiste, va bientot arriver chez nous, 20 % de chomage, budget en deficit les riches qui partent les entreprises qui ne peuvent plus financer la croissance, la dette qui augmente mais...... l'administration qui s'en met plein les poches.

  • pierry5 il y a 8 mois

    Un pays si riche, est-ce qu'il faut en rire ou en pleurer ??