Le prélèvement à la source va-t-il réduire le montant des crédits immobiliers ?

le
9

Les banques déduisent rarement les impôts des revenus des emprunteurs pour calculer les mensualités d’un prêt. La donne devrait changer à partir de 2018, lorsque les impôts seront prélevés directement sur les salaires.

A partir du 1er janvier 2018, les impôts seront prélevés à la source, autrement dit directement à partir des salaires. Ce qui concrètement va diminuer tous les mois les revenus de nombreux contribuables. Bien qu’on ne connaisse pas encore exactement les modalités d’application de ce dispositif fiscal, très répandu dans les pays développés, certains s’inquiètent déjà de ses possibles effets indésirables. «Le prélèvement à la source va réduire la capacité d’emprunt des acquéreurs immobilier», redoute ainsi Ulrich Maure, fondateur du courtier Immoprêt. «Aujourd’hui, les banques qui déduisent les impôts des revenus pour calculer les mensualités d’un crédit sont très rares. Cela risque donc de dégrader l’endettement des emprunteurs», justifie-t-il. L’avis d’imposition, pourtant exigé par les établissements bancaires «permet de déterminer le risque lié à l’emprunteur. Il n’est pas pris en compte dans le calcul de son taux d’endettement», confirme Maël Bernier, chez Meilleurtaux.com.

Réduction de la capacité d’emprunt

Prenons l’exemple d’un couple de cadres avec deux enfants gagnant ensemble 6640 euros par mois. Ils payent 3524 euros d’impôts par an, soit 270 euros par mois. Parce que les mensualités d’un crédit immobilier doivent au plus représenter 33 % des revenus, ce couple peut aujourd’hui devenir propriétaire d’une maison de 387.000 euros, en s’endettant sur 20 ans à 2,1 % (hors assurance) avec une mensualité 2213 euros, selon les calculs d’Immoprêt.

A partir, de 2018, lorsque les impôts seront prélevés à la source, les revenus de ce couple seront amputés de 270 euros tous les mois et passeront à 6370 euros. Ce qui, selon les estimations d’Immoprêt devrait réduire sa capacité d’emprunt de 16.000 euros sur 20 ans. Pour que leur taux d’endettement représente au maximum 33 % de leurs revenus, ils devront acheter une maison un peu moins chère (371.000 euros) et payer une mensualité de 2123 euros (toujours dans l’hypothèse d’un crédit à 2,10 % sur 20 ans).

Même s’il est beaucoup trop tôt pour mesurer précisément les conséquences du prélèvement à la source sur le crédit immobilier, certains courtiers avancent que les banques trouveront sûrement des solutions pour les clients auxquels elles veulent prêter. «Le taux d’endettement classiquement admis de 33 % pourrait par exemple être remonté à 38 %/40 % pour compenser», avance Maël Bernier.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gnapi le vendredi 19 juin 2015 à 09:35

    De plus réduire le revenu de 722 EUR/mois, implique un montent empruntable de 353 500 EUR pour un taux de 2,1% et 0,36% d'assurance emprunteur.

  • gnapi le vendredi 19 juin 2015 à 09:29

    L'auteur de l'article est un bisounours ou ce journaliste est marié à une élue, aussi peuvent ils ne payer que cette somme, même en Hollandie ??

  • gnapi le vendredi 19 juin 2015 à 09:28

    6640 EUR/mois et 3524 EUR d'impôts avec 2 enfants ... c'est plutôt 7220 EUR d'après http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/popup?typePage=cpr02&docOid=documentstandard_705Si aucun n'est journaliste. Ou élu. Sinon effectivement il y a 30% d'abattement.

  • faites_c le vendredi 19 juin 2015 à 08:47

    "Aujourd’hui, les banques qui déduisent les impôts des revenus pour calculer les mensualités d’un crédit sont très rares." Ah bon. Alors pourquoi les banques demandent-elles l'attestation fiscale de l'année précédente dans le dossier de demande de prêt? Uniquement pour que le dossier papier soit plus épais!!!

  • b.renie le vendredi 19 juin 2015 à 06:48

    Le prélèvement à la source en France de l'impôt sur le revenu implique d'abord une réforme profonde de l'IRPP. Sans elle la PSIR est infaisable sans monter une usine à gaz car il n'y a pas deux contribuables qui sont exactement dans la même situation fiscale tant la fiscalité des personnes physiques est complexeLes banques refusent de devenir percepteur et il est à penser que les entreprise feront de même. Elles le peuvent, cette position n'est pas à un refus collectif de payer l'impôt

  • M3210297 le jeudi 18 juin 2015 à 22:55

    je voulais dire un vrai prb, désolé

  • M3210297 le jeudi 18 juin 2015 à 22:54

    C'est un faux prb, les banques regardent le net, Idem pour les LOCATAIRES, pour louer un appartement, il faut que le net soir égal à 3 fois le loyer minimum, donc ceux qui doivent louer en présentant un net plus faible seront très pénalisé

  • alain..c le jeudi 18 juin 2015 à 22:31

    N'importe quoi, mauvaise foi caractérisée un tel résonnement évoque plus le tambour creux

  • lsleleu le jeudi 18 juin 2015 à 20:09

    C'est un faux problème que les banques, si elle le mettent en œuvre démontrerons leurs mauvaise foi car sur le plan des revenus réels rien ne sera changé.