Le préfet du Val d'Oise «lève la suspicion» de cas d'Ebola à Cergy

le
0
Le préfet du Val d'Oise «lève la suspicion» de cas d'Ebola à Cergy
Le préfet du Val d'Oise «lève la suspicion» de cas d'Ebola à Cergy

Les locaux des services sociaux à Cergy (Val-d'Oise) ont été bouclés en raison de cas suspects d'Ebola pendant une heure et demi. Les autorités avaient mis en place un périmètre de sécurité et enfermé soixante personnes, dont certaines étaient passées par la Guinée. Le préfet du Val d'Oise a précisé dans un premier temps qu'il s'agissait d'une «simple mesure de précaution» avant de lever toute suspicion en début de soirée. «La suspicion est levée, les personnes sont ressorties», a assuré Jean-Luc Nevache, le préfet. Les personnes confinées à l'intérieur du bâtiment ont toutes été évacuées. Aucune n'a été gardée en observation. 

Quatre personnes d'origine africaines, étaient suspectés d'avoir été contaminés par le virus Ebola.  Parmi les quatre personnes, l'une d'entre-elles fait un malaise. C'est un jeune homme africain, arrivé en France le 1er octobre et passé par la Guinée. Il était accompagné de trois autres personnes elles aussi africaines, dont l'une au moins présentait également des symptômes grippaux.

Selon le conseil général du Val-d'Oise, ces quatre mineurs étrangers étaient venus en fin d'après-midi pour un suivi auprès des services sociaux. Dès les premiers symptômes, ils avaient été isolés, en compagnie de sept autres personnes qui avaient été contact avec eux: des personnels de l'accueil et des pompiers intervenus sur place. toutes les personnes qui auraient été en contact plus ou moins proche avec les malades potentiels ont été également isolé.

Ce sont finalement les médecins qui ont permis de lever le doute en procédant à des examens médicaux. L'équipe du Samu qui s'était rendue sur place était équipée pour les prendre en charge.

L'épidémie du virus Ebola a déjà tué 3.900 personnes, pour la quasi-totalité dans des pays africains (Guinée, Liberia, Sierra Leone notamment).

Le premier malade à avoir été diagnostiqué hors d'Afrique, un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant