Le pragmatique Rajoy prend les commandes en Espagne

le
0
Traversé de multiples courants, le Parti populaire n'a fait qu'une seule promesse: bien gérer le pays. Une modération inspirée par son chef, Mariano Rajoy, élu mardi chef du gouvernement par les députés.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

Le Parlement espagnol a investi mardi Mariano Rajoy président du gouvernement. Après sept ans et demi passés dans l'opposition, les conservateurs du Parti populaire (PP) s'apprêtent à revenir aux affaires. Le chef du parti s'empare de la Moncloa - la résidence du chef de l'exécutif - grâce à la plus large majorité absolue obtenue par la droite depuis la mort de Franco. Un triomphe électoral fruit de la campagne la moins idéologique de ces dernières décennies. Car, face à l'étendue de la crise, Rajoy n'a formulé qu'une seule promesse: bien gérer le pays. Lundi encore, lors de son discours d'investiture, le futur chef de l'exécutif a abordé exclusivement les sujets économiques.

L'identité de la droite espagnole, ses idées et ses valeurs, du coup, sont passées au deuxième plan. La droite? Le mot même semble parfois... déplacé. «Il est très difficile de se dire de droite en Espagne», juge Pedro Carlos G...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant