Le pouvoir iranien vitrifie l'élection présidentielle

le
0
Échaudé par la vague de contestation de 2009, le guide a fait invalider deux candidatures jugées menaçantes. » INTERVIEW - «La peur a changé de camp»

Le Conseil des gardiens a tranché. Échaudés par la «vague ­verte» de 2009 et déterminés à sauvegarder les intérêts d'un régime en perte de vitesse, les membres de cette instance de blocage placée sous l'influence du guide suprême ont éliminé deux des principaux candidats au scrutin du 14 juin. Mardi soir, ni le nom d'Ali Akbar Hachemi Rafsandjani ni celui d'Esfandiar Rahim Mashaie ne figuraient sur la liste des huit personnalités retenues - parmi les 686 prétendants à la prési­dence - annoncée dans le bulletin télévisé.

Les deux hommes ne sont pourtant pas des «outsiders» du système. Le premier, un incontournable de la Répu­blique islamique et richissime homme d'affaires, occupa respectivement les fonctions de chef du Parlement, puis de l'exécutif de 1989 à 1997, avant de diriger le «Conseil de discernem...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant