Le pouvoir d'achat immobilier en chute libre

le
18

À Paris, Lyon ou Nice, on peut acheter une surface deux fois plus petite qu'en 1999 avec le même budget.

Le premier ministre, Manuel Valls, qui interviendra lundi matin lors du congrès de la Fnaim, devrait méditer ces chiffres. Selon une étude réalisée pour Le Figaro par ce syndicat d'agents immobiliers, la surface que les Français peuvent acheter - à budget constant corrigé de l'inflation - a été divisée à peu près par deux depuis 1999 dans les très grandes métropoles comme Paris, Lyon et Nice. La somme retenue (230.000 euros, corrigée de l'inflation) peut sembler modique pour un Parisien, mais elle est supérieure à la transaction immobilière moyenne en France, qui se situe cette année à 206.760 euros, selon la Fnaim.

Dans la capitale, avec un budget constant corrigé de l'inflation de 230.000 euros, un acheteur peut aujourd'hui s'offrir un 27 m2, contre 57 m2 quinze ans plus tôt. À Nice, on est passé avec la même somme de 111 m2 en 1999 à 59 m2 cette année. Même glissade spectaculaire à Lyon, où ceux qui se payaient un137 m2 en 1999 doivent se contenter maintenant d'un 70 m2.

On objectera que les revenus des Français ont également augmenté. Peut-être, mais ils ont grimpé beaucoup moins vite que les prix de l'immobilier dans ces grandes agglomérations. Au cours des quinze dernières années, le smic n'a progressé que de 53 % quand, selon la Fnaim, les tarifs de la pierre se sont envolés à Paris (+ 165 %), à Lyon (+ 151 %) et à Nice (+ 142 %). Comment expliquer un tel phénomène?

«Cette hausse des prix a été rendue supportable à cause de deux particularités: les taux des crédits immobiliers ont fortement reculé depuis quinze ans, passant dans la période de 6,40 % à 2,85 % aujourd'hui. Et la durée des crédits immobiliers a été allongée pour s'établir aujourd'hui à 17,5 ans», explique Jean-François Buet, président de la Fnaim. Reste que l'envolée des prix de la pierre ne concerne pas toute la France mais seulement les très grandes agglomérations.

Pour l'immobilier comme pour les autres domaines, les écarts se creusent entre les grandes agglomérations et le reste du pays. Sans parler des territoires ruraux, la comparaison avec les villes moyennes est édifiante. Avec 230.000 euros, à Mulhouse, l'acheteur peut quasiment se payer la même surface aujourd'hui (152 m2) qu'il y a quinze ans (157 m2). À Nevers, la surface achetable a un peu plus régressé. Mais la chute n'est pas sensible (206 m2 en 2014, contre 223 m2 en 1999).

En fait, entre les grandes agglomérations et les villes moyennes, l'écart s'est creusé depuis la crise économique déclenchée fin 2008. À Paris comme à Nice et à Lyon, la surface achetable avec 230.000 euros a continué à reculer depuis, même s'il ne s'agit plus d'une chute spectaculaire. Autrement dit, le prix de la pierre a encore légèrement progressé. En revanche, dans les villes moyennes, la surface achetable pour ce budget corrigé de l'inflation s'est remise à progresser depuis cinq ans. À Nevers, elle est passée de 159 m2 à 206 m2. À Mulhouse de 128 m2 à 152 m2. Cela veut dire que les prix ont un peu décroché. «Ce phénomène de France immobilière à deux vitesses existe aussi entre les centres-villes et la périphérie, constate Jean-François Buet. Dans de grandes villes comme Nantes et Bordeaux, où les prix sont élevés, les tarifs plongent dès qu'on va en banlieue.»


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • juillia3 le dimanche 21 déc 2014 à 10:32

    c ets moi qui comprends rien a l article ou !!! les prix ont multiplier par deux pas pas diviser par deux deux fois moins de surface pour le meme prix !!!! rien de plus normal par rapport a d autre achat tout est plus cher a minima multiplier par deux !!!

  • JUFRABRE le mardi 9 déc 2014 à 14:46

    Il suffit de ne pas acheter ;-)

  • M1639393 le lundi 8 déc 2014 à 15:08

    Endettez-vous ! Acceptez de payer toujours plus cher ! Vous le valez bien ! Et puis l'immobilier c'est un placement sûr ! Dans mon quartier blablabla.... !

  • M3740378 le lundi 8 déc 2014 à 11:21

    brun2083 c'est exactement ce que je pense. Chaqu'un a ces impératifs et ambitions dans la vie et il me semble trop réducteur de comparer uniquement des chiffres (prix, taux, rendement,etc.) pour savoir si on a fait un bonne ou mauvaise affaire, s'il fallait attendre ou pas,etc.,ect.,....

  • brun2083 le lundi 8 déc 2014 à 11:11

    M3740378, oui il y a l'aspect affectif qui joue et quand on est chez soi on peut faire ce qu'on veut, c'est aussi un bon moyen de se constituer un patrimoine pour ceux qui n'ont pas la motivation pour se contraindre à économiser. Après il faut être sûr de rester plus de 5 ans dans le même logement pour amortir les frais de notaire. Chaque cas est différent

  • M3740378 le lundi 8 déc 2014 à 10:59

    brun2083 En effet,les frais au départ sont plus importants,sauf que quand on achète sa RP,c’est un investissement et pas pour spéculer.De plus, la part des frais par rapport à un loyer (qui augmente chaque année) reste quand même plus faible, surtout dans le temps.L’achat de sa RP est aussi un investissement intelligent pour s’enrichir…en payant pas de loyer au bout de 15 ans.Et,n’oublions pas l’aspect affectif,car vous choisissez l’endroit et la déco.

  • M3740378 le lundi 8 déc 2014 à 10:56

    YAAC2 Pas faux,mais chaqu'un est responsable de sa vie et l'endroit ou il souhaite vivre, avec ses avantages (prix immo résonables,cadre,etc.) et ses inconvenients (distance,services,etc.)...on ne peut pas tout avoir

  • YAAC2 le lundi 8 déc 2014 à 10:34

    Je crois qu'il s'agit d'une France à deux vitesses qui est en train de se creuser. les "privilégiés" qui ont un travail decent et qui peuvent se loger dans les grandes villes et le reste du peuple qui vegéte dans les villes moyennes. Nevers est par exemple la ville qui a le taux record de logement sociaux. un exemple politique pour les autres villes qui ne sont pas citoyennes.

  • gnapi le lundi 8 déc 2014 à 10:29

    Tiens, je croyais qu'avec les taux historiquement bas c'était plus que jamais le bon moment d'acheter !!Décidemment, c'est lorsque la mer se retire qu'on voit ceux qui sont un peu courts.

  • brun2083 le lundi 8 déc 2014 à 10:23

    Payer un loyer ce n'est pas plus jeter l'argent pas la fenêtre que de payer sa RP. Car quand on achète sa RP on jette par la fenêtre : les frais de notaire, les intérêts du prêt, l'assurance du prêt, les taxes foncières, les travaux d'entretiens. Si l'argent ainsi économiser est investi intelligemment alors on s'enrichit plus en restant locataire qu'en payant sa RP. Et c'est sans compter avec les risques : inondations, risque de mutation rapide etc....