Le pouvoir d'achat des retraités risque de s'éroder

le
99
Les syndicats, qui gèrent les régimes complémentaires Agirc et Arrco avec le patronat, sont prêts à accepter une hausse des pensions inférieure à l'inflation en avril prochain, pour freiner la dégradation des comptes.

Le printemps 2013 s'annonce morose pour les retraités. Après l'annonce de la création d'une taxe additionnelle de 0,3% dès le 1er avril sur les retraités imposables, les partenaires sociaux qui gèrent les régimes complémentaires Agirc (pour les cadres) et Arrco (pour tous les salariés du privé) pourraient décider à la même date de ne pas revaloriser les pensions au niveau de l'inflation. Un choix qui aurait pour conséquence directe de diminuer le pouvoir d'achat de 11 millions de personnes.

Patronat et syndicats planchent actuellement sur les mesures à mettre en œuvre pour éviter que les caisses de deux régimes ne s'assèchent. Dans cinq ans, leur déficit devrait dépasser les 10 milliards d'euros. Les caisses se vident à grande vitesse en raison de la crise et de la hausse du chômage qui font baisser les entrées de cotisations sociales. Plusieurs options sont sur la table, dont la hausse des cotisations, l'allongement de leur durée ou le gel des pensions. Les discussions reprennent ce vendredi au Medef entre syndicats et patronat, qui cogèrent ces régimes.

Une première piste se dessine de plus en plus nettement, selon selon Les Échos . La prochaine revalorisation des retraites complémentaires - le 1er avril, donc - serait de 0,8% au lieu de 1,8 %, montant permettant de compenser la hausse des prix. Une mesure qui pourrait permettre, selon l'Agirc-Arrco, d'économiser 780 millions d'euros par an d'ici 2017. Quatre syndicats (CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC) sont prêts à accepter cette mesure. Seule la CGT s'y oppose, évoquant dans les colonnes du quotidien économique une solution «ni acceptable ni à la hauteur des enjeux». Le patronat proposait d'aller beaucoup plus loin, en proposant de geler les pensions pendant trois ans pour économiser 4 milliards d'euros par an d'ici 2017.

Les syndicats exigeront néanmoins des contreparties, notamment un effort du patronat sur les cotisations: leur hausse de 0,1 point permettrait une rentrée d'argent d'un peu moins de 600 millions d'euros. Il est donc peu probable qu'un accord précis soit acté dès ce vendredi. Les partenaires sociaux ont jusqu'à mars pour trouver une solution.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • launor le mardi 15 jan 2013 à 18:32

    J' aime bien le contraste entre la vidéo montrant une petite vieille dans l'obscurité de sa chambre et la pub pour un hiver inoubliable dans la chaleur des lagons (séjour haut de gamme)La lutte des classes sera donc toujours d'actualité.

  • M601364 le jeudi 3 jan 2013 à 17:15

    Et les fonctionnaires ?????? ON Y TOUCHE PAS A LEURS RETRAITE BIZARRE

  • peggy111 le lundi 31 déc 2012 à 11:53

    la dette a augmenter car depuis 10ans la croissance elle le ete que par de la dette

  • titide le samedi 15 déc 2012 à 11:32

    @forbach: si la France n' a pas à accueillir tous les "étrangers qu'allez vous faire dans leurs pays.Pourquoi aller les polluer ??Ils n'ont pas besoin de vous.Quand à la dégradation de notre pays qui était il y a 40 ans la 3ème puissance du monde-aujourd'"hui 23 ème- elle n'est pas du aux socialistes.Les 50000 chomeurs mensuels que nous connaissons depuis 6 mois sont bien des chomeurs Sarkozy et les presque 2000 milliards de dette aussi !!!!

  • EuropeGa le samedi 15 déc 2012 à 10:23

    Nous sommes confrontés à la voracité du système financier international et cela nous mènera probablement à des conflits sociaux et aussi certainement religieux, car, n'oublions pas en effet que l'Islam refuse ce système d'intérêts dont les prêteurs du monde entier se repaissent.

  • EuropeGa le samedi 15 déc 2012 à 10:18

    @kaerusan __ "l'Etat Providence socialiste qui est à l'origine des déficits accumulés depuis 30 ans" NON, les déficits n'ont pas comme origine l'état socialiste, mais bien la loi de 1973 dite Pompidou Giscard. Souvenez-vous que le premier déficit date de 1974, conséquence première de la loi de 73, et la liste de ces déficits ne s'est pas interrompue depuis cette date. Un Etat n'a pas à payer d'intérêts pour ses investissements long terme.

  • fbordach le vendredi 14 déc 2012 à 23:44

    Bien sûr, la politique suivie par le gouvernement est claire pour qui se donne la peine d'être attentif : elle est d'un socialisme sectaire, avec son cortège liberticide de répression et de misères (comme disait récemment un intervenant de BFM : «Je ne sais pas ce que vont donner les mesures du gouvernement, mais je sais qu'elles sont l'opposé de ce qui a marché dans d'autres pays

  • fbordach le vendredi 14 déc 2012 à 23:35

    Mon pauvre titide,c'est beau d'être idéaliste et rêveur... Personnellement je parcours le monde, à raison de plus de 120 jours à l'étranger par an, sur tous les continents et je peux vous garantir qu'il fait bon vivre en France. Notre seul problème c'est que pour le moment il y a une différence entre vivre en France et profiter de la France. Nous n'avons pas vocation à accueillir tous les déshérités du monde!

  • titide le vendredi 14 déc 2012 à 22:40

    @ fordach: il semble vous avoir échappé que la planète entière veut venir vivre en France;il doit bien y avoir quelques raisons.Quand à ceux qui se trouvent malheureux en France on se demande pourquoi ils ne sont pas encore partis;les frontières sont ouvertes et chacun peut quitter notre beau et accueillant pays !!!!

  • fbordach le vendredi 14 déc 2012 à 22:38

    Titide, pensez vous un instant que vos chers élus, de gauche surement, compte tenu de votre hauteur de vue et de votre raisonnement de ninja de l'économie, vont accepter de telles mesures? Eux qui touchent des sommes scandaleuses à ce payer votre tête et au bout de 5 ans de cotisation partent avec une retraite quasiment pleine, ne vont surement pas voter des mesures aussi destructrices? Il ne faut pas décourager les vocations...Faites ce que je dis pas ce que je fais!