Le pouvoir d'achat des Français stable en 2013

le
0
Après une baisse historique de l'ordre de 0,5%, l'année dernière, l'heure est désormais à la stabilité (+0,2%). Robert Kneschke /shutterstock.com
Après une baisse historique de l'ordre de 0,5%, l'année dernière, l'heure est désormais à la stabilité (+0,2%). Robert Kneschke /shutterstock.com

(Relaxnews) - En 2013, le pouvoir d'achat des Français est resté stable, après avoir subi un recul de 0,9% en 2012, révèle une étude de l'Insee ce mercredi 11 juin. 

En 2013, les Français ont repris goût à la consommation. Un an plus tôt, une baisse historique, de l'ordre de 0,5%, des dépenses de consommation des ménages était relevée par les experts. L'heure est désormais à la stabilité (+0,2%). 

Mais tous les secteurs de la consommation n'ont pas bénéficié du même engouement. Les Français ont d'abord dû composer avec leurs dépenses incompressibes, c'est-à-dire celles pour se loger, se chauffer et s'éclairer. Elles représentent 29,1% de leurs revenus.

Bonne nouvelle : ces charges ont augmenté moins vite, soit de 1% contre 1,9% en 2012. Le ralentissement des dépenses de chauffage et d'éclairage (+2,9% contre +7,6%) est une principale explication. Même variation pour le montant des loyers (+2,3% après +2,8%). 

La culture et les voitures à la peine

Les loisirs ont à nouveau fait les frais de la crise. Les dépenses en lien avec la culture ont reculé de 1,2% en volume. Il y a tout de même du mieux, puisqu'en 2012 le repli était de l'ordre de 2,1%. Autre point positif, les ventes de disque sont retournés dans le vert (+3,4%). Du jamais vu depuis dix ans.

Mais, les achats de DVD n'ont pas eu cette même chance (-13,6%), tout comme le cinéma. Les salles obscures ont généré 193 millions d'entrées, contre 203 millions en 2012. La fréquentation des salles de cinéma n'était pas passée sous la barre des 200 millions d'entrées depuis 2008.

En ce qui concerne l'autre divertissement du moment, les jeux de hasard accusent, eux aussi, une baisse des dépenses, de 1,4% en volume. 

En 2013, les Français ont dû revoir leurs budget en matière d'automobile. Les achats se sont effondrés de 7,8% en volume, qu'il s'agisse de neuf ou de location. Fait marquant, les foyers optent moins souvent pour les voitures à moteur diesel "qui expliquent à elles seules le recul de 2013", commente l'Insee (-19%). 

Les courses alimentaires stables

Enfin, les consommateurs n'ont pas voulu rogner sur les courses alimentaires, dont les dépenses sont stables (+0,8% en volume). Les Français ont mangé plus de légumes (+4%), mais moins de fruits (-0,8%), moins de poissons et fruits de mer (-1,5%) et moins de viande (-1,4%). 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant