Le poteau cassé de Mönchengladbach

le
0
Le poteau cassé de Mönchengladbach
Le poteau cassé de Mönchengladbach

Il y a quarante-cinq ans, le match entre Mönchengladbach et Brême en Bundesliga ne parvenait pas à son terme. À la 88e minute, l'arbitre de la rencontre fait rentrer tout le monde aux vestiaires, la faute à un poteau en bois pas assez résistant. C'est l'histoire d'un temps où un poteau pas assez solide aurait pu faire basculer le championnat.

En allemand, on ne touche pas du bois, on le frappe. Dans les deux cas, ce signe de superstition doit écarter le malin, le malheur. Pourtant, le 3 avril 1971, quand l'attaquant de Mönchengladbach Herbert Laumen touche et frappe le bois, ce n'est pas la chance qui l'accable. Il n'est pas loin de précipiter le malheur sur lui et son équipe. En voulant reprendre un coup franc de Günter Netzer, le joueur de Gladbach se retrouve soudain coincé dans les filets. Dans son élan, Laumen n'a pas réussi à s'arrêter suffisamment tôt. Son poids pèse dans les filets. Le poteau gauche craque. Le piège se referme parfaitement bien sur lui. Plutôt que de toucher du bois, Laumen vient de se prendre les pieds dans le tapis. Tel est pris qui croyait (sur)prendre.

Comme un poisson


Herbert Laumen est un des buteurs les plus prolifiques de l'histoire de Mönchengladbach. Il est le deuxième plus grand réalisateur du club derrière Jupp Heynckes. Pourtant, peu importe ses 97 buts ou son triplé en neuf minutes après le coup d'envoi – un exploit qui a lieu bien avant l'entrée fracassante de Robert Lewandowski –, une seule action associée à son nom est restée véritablement dans les mémoires. Elle a lieu à domicile, au mythique Bökelberg, le stade des Gladbacher. Sur cette action, Laumen termine au fond des filets à la place du ballon. Le stade éclate de rire. " Les spectateurs n'en finissaient plus de rire. C'était un grand spectacle dans le stade ", témoigne des années plus tard Laumen dans le hors-série de Kicker des cinquante ans de la Bundesliga. Lui, sur le coup, rit moyennement, car il échappe de peu à la barre transversale. Mais Laumen n'a rien, il est seulement pris au piège des filets " comme un poisson ". Alors, une fois le buteur de Gladbach dégagé du but, les joueurs et les officiels constatent les dégâts. Pendant douze longues minutes, l'arbitre attend. Pour son quatrième match au plus haut niveau, la situation n'est pas évidente.

Le match est donc interrompu, mais il n'est pas fini. Il reste deux minutes à jouer minimum. Deux petites minutes qui auraient eu bien du mal à changer le scénario du match. Le 1-1 convient alors au Werder, mais serait une mauvaise opération pour les Fohlen. Les joueurs du Werder sont satisfaits du match nul et font tout leur possible pour inciter à reprendre le match, et les Poulains…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant