Le post-Brexit en 12 questions

le , mis à jour le
1
Selon Amundi Asset Management, les banques britanniques vont très vraisemblablement perdre leur passeport européen. (© DR)
Selon Amundi Asset Management, les banques britanniques vont très vraisemblablement perdre leur passeport européen. (© DR)

Une semaine jour pour jour après le vote britannique, l'équipe de recherche d'Amundi Asset Management s'est mobilisée pour mesurer les impacts du Brexit sur l'économie et les marchés. Voici ses conclusions.

Après 43 ans d’appartenance à l’Union européenne (UE), le Royaume Uni (RU) a donc décidé de se retirer par voie référendaire.  

L’impact de marché a été important : depuis le référendum britannique (et en date du 30 juin au matin), la livre sterling aura perdu près de 8% contre l’euro (-12% depuis le début de l’année). Dans le même temps, les actions européennes ont perdu 5% (Eurostoxx) et les valeurs refuges comme les Bunds ou les US Treasuries se sont nettement appréciées : le taux 10 ans US et le 10 ans Bund sont désormais respectivement à 1,50% (-19pb) et -0,12% (-18pb).

Les obligations d’entreprises ont vu leur spread de crédit se dégrader, mais l’effet spread a été au moins partiellement compensé par l’effet-taux. Les valeurs bancaires (actions et produits de dette) ont en revanche fortement chuté (-12% par exemple pour l’indice MSCI des valeurs financières de l’Union Economique Monétaire (UEM).

Quant aux spreads souverains, l’élargissement a été contenu par la présence de la Banque centrale européenne (BCE) : le spread italien est quasiment revenu sur son niveau d’avant Brexit (+13pb, soit 150 pb au-dessus du 10 ans allemand), tandis que le

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.coq il y a 5 mois

    52% des votants ne fait grosso-modo que 36-37% des électeurs. Ceux qui n'ont pas voté, sont ceux qui dans le fonds ne tiennent pas au changement. Alors le résultat n'est pas très représentatif.