Le Portugal s'offre le numéro 1 mondial

le
0
Le Portugal s'offre le numéro 1 mondial
Le Portugal s'offre le numéro 1 mondial

Les hommes de Fernando Santos ont battu ceux de Marc Wilmots (2-1) à Leiria, sur fond d'hommage aux victimes des attentats de Bruxelles. Les locaux ont globalement dominé les débats. Encourageant avant l'Euro 2016, même si les Belges étaient, eux, nettement diminués par les absences de cinq cadres de l'équipe.

Portugal 2 - 1 Belgique

Buts : Nani (20e) et Ronaldo pour le Portugal // Lukaku (62e) pour la Belgique

La FPF l'avait promis et a tenu sa parole. Aussi petit a-t-il été, l'hommage aux victimes des attentats de Bruxelles a été rendu par le public du stade de Leiria, au sein duquel une soixantaine de supporters belges ont réussi à se faufiler malgré l'interdiction de voyager donnée par l'Union belge. Petites banderoles, petits drapeaux belges, messages de soutien… la fraternité entre peuples s'est traduite jusqu'au mélange des 22 acteurs pendant les hymnes nationaux précédant la rencontre. Les politiques portugais ont également répondu présent. Rien de vraiment exceptionnel, étant donné que le budget n'est pas le même que celui des Anglais qui avaient sorti les gros moyens au lendemain du– novembre, mais l'intention était là. Et c'est bien le principal.

Super Courtois


Au coup d'envoi, l'aspect sportif a fini par reprendre ses droits. Le ballon roule d'abord sous l'impulsion des Diables Rouges, pourtant orphelins de Kompany, Hazard et De Bruyne, pour ne citer qu'eux. Les visiteurs bénéficient d'un début de match timide des locaux pour s'approcher des buts de Rui Patricio, sans toutefois réussir à mettre à contribution le portier du Sporting, cette fois-ci préféré à Anthony Lopes, titulaire lors de la défaite contre la Bulgarie. Thibaut Courtois, lui, a un peu moins chômé. Mieux, avant l'ouverture du score limpide de Nani sur un service soyeux d'André Gomes (20e), le gardien de but de Chelsea s'est permis de voler la vedette à Cristiano Ronaldo, et de voler tout court. D'abord sur deux frappes, coup sur coup, de Joao Mario et Adrien Silva, puis sur des coups de casque de Nani et CR7. Ce dernier trouvera, à l'instar du joueur du Fenerbahçe, le moyen de tromper le dernier rempart de la sélection belge. Parfaitement servi par Joao Mario – qu'il faudra surveiller s'il continue de progresser de la sorte – le capitaine lusitanien a surgi aux six mètres pour dévier le ballon de la tête et crucifier un Courtois qui aura seulement encaissé deux pions en dix tirs lors du premier acte. Bref, si les Diables Rouges piochent en première mi-temps, c'est surtout à cause du quatuor défensif (mention spéciale pour le match horrible de Gillet, l'imperfection au…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant