Le Portugal s'inflige une cure d'austérité à risques

le
0
Le gouvernement socialiste a présenté ce vendredi au Congrès un plan d'économies drastiques, alliant baisses de salaires et hausse de TVA.

José Socrates joue son va-tout. Le premier ministre portugais présentait ce vendrediau Congrès un nouveau budget d'austérité pour 2011, le troisième en moins d'un an, le plus sévère depuis quinze ans. Le projet qui cumule baisses de salaires et hausses de TVA a donné lieu à de violentes passes d'armes avec l'opposition. Le chef du gouvernement socialiste qui se targuait d'avoir obtenu en mai un consensus risque cette fois un veto du PSD (Parti social-démocrate). Ce vendrediencore, le leader Passos Coelho affichait sa fermeté, hostile à de nouvelles hausses d'impôts.

En représailles, Socrates a menacé de démissionner. Une «fine» manœuvre politique, estiment la plupart des analystes. «Il a réussi à reporter la responsabilité de l'échec sur l'opposition. Une démission du gouvernement provoquerait un chaos politique, intenable vis-à-vis des marchés financiers avec le risque de voir grimper l'intérêt de la dette», explique Pedro Magalhes, politologue à l'Insti

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant