Le Portugal réussit son retour sur le marché obligataire

le
0
Le Portugal réussit son retour sur le marché obligataire
Le Portugal réussit son retour sur le marché obligataire

Le Portugal a réussi hier son retour sur le marché obligataire avec une adjudication d'obligations à 5 ans d'un montant de 2,5 Md?. C?est la première fois que Lisbonne émet des obligations à long terme depuis que le pays a été contraint de demander l'aide financière de la Troïka. Outre des taux en baisse, cette adjudication est un succès par la demande qu'elle a suscité. La demande totale a atteint 12 Md?, soit beaucoup plus que le montant proposé. Le succès est donc total, un peu à l'image du placement du crédit syndiqué espagnol de la veille. Les signes d'une accalmie durable de la crise de la dette souveraine en Europe sont donc de plus en plus nombreux.

Cela faisait deux ans que le Portugal était contraint de se tenir à l'écart du marché oblgiataire pour se financer. En effet, en grande difficulté depuis début 2011, le pays avait été contraint de demander l'aide de l'Union Européenne et du FMI en mai 2011, aide qui lui avait été accordée pour un montant de 78 Md?. Depuis les craintes des investisseurs empêchaient le pays de se financer seul, car le taux d'intérêt qu'il aurait dû payer était bien trop important.

Mais, l'annonce de l'OMT par Mario Draghi l'été dernier a changé la donne. Les pays bénéficient désormais d'un prêteur en dernier ressort en cas de besoin. Du coup les investisseurs sont rassurés, les taux des pays périphériques de la zone euro se sont fortement détendus, et le Portugal peut donc emprunter sur les marchés.

Le pays est donc parvenu à placer 2,5 Md? d'obligations à 5 ans hier à des conditions tout à fait correctes puisque le taux concédé est de 4,89%. La détente est impressionnante : le taux à 5 ans portugais avait atteint 7,40% au mois de juillet dernier juste avant la phrase choc du président de la BCE. Dans la foulée de cette adjudication, le taux à 5 ans portugais se détendait à 4,65% alors que le taux à 10 ans s'installait un peu plus sous le seuil des 6%.

Ce retour sur les marchés s'est fait dans la douleur, en appliquant à la lettre les politiques d'austérité imposées par la Troïka. Du coup, cette dernière s'était félicitée des efforts du gouvernement portugais et a affirmé que le pays devrait atteindre l'objectif d'un déficit budgétaire de 5% du PIB en 2012 et de 4,5% en 2013. Toutefois, ces résultats se font au dépend de la croissance : le PIB du pays doit reculer d'environ 3% en 2012 et encore de 1% en 2013 avant de retrouver le chemin de la hausse en 2014 selon les prévisions du FMI. Conséquence directe : le chômage reste à un niveau très élevé et les salaires ont été tirés vers le bas...

Outre l'amélioration de sa situation financière, le Portugal bénéficie également d'une recherche de rendement des investisseurs qui ont à nouveau de l'appétit pour le risque et cherchent des rendements plus intéressant que ceux proposés par les taux monétaires proches de 0% ou ceux très faibles des obligations souveraines considérées "sans risques", comme l'Allemagne ou les Etats-Unis.

La situation continue donc de s'améliorer sur le front des dettes souveraines européennes. La bonne ambiance est également soutenue par le discours politique ambiant selon lequel, le plus gros de la crise est derrière nous (comme par exemple Mario Draghi qui a déclaré mardi : « la zone ? peut débuter l?année avec plus de confiance qu?il y a 1 an parce que des progrès significatifs ont été accomplis.. La BCE va continuer à assurer la stabilité des prix comme elle le fait depuis 14 ans »).

Les marchés sont donc optimistes mais se sont (déjà) habitués à cette tranquilité et sont donc vulnérables à d'éventuelles mauvaises nouvelles. Les élections italiennes à venir ne devraient pas causer trop de problèmes, mais il faut être méfiant. Il faut aussi avoir à l'esprit que les banques vont commencer à rembourser les prêts à 3 ans de la BCE (les LTRO), dont la taille du bilan va donc se réduire pour la première fois depuis longtemps... Bref, jusqu'ici tout va bien, mais chat échaudé craint l'eau froide... Chacun reste sur le qui vive et cherche à savoir d'où viendra le prochain coup...


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux