Le Portugal mérite-t-il mieux ?

le
0
Le Portugal mérite-t-il mieux ?
Le Portugal mérite-t-il mieux ?

Arrivé au Brésil avec une étiquette de sérieux outsider, le Portugal a vite déchanté. Une première symphonie totalement désaccordée contre l'Allemagne (4-0) et un deuxième acte mal interprété contre les USA (2-2) ont fait de la Seleçcao une équipe quelconque. Une formation sans saveur. Tout juste retiendra-t-on la réaction d'orgueil en fin de match contre les Américains pour éviter la fausse note. Bien maigre pour satisfaire des supporters qui attendaient la Grand-Messe brésilienne avec impatience. Dans les journaux locaux, c'est plutôt la soupe à la grimace ce lundi. Tous relèvent que la partition rendue par les hommes de Paulo Bento est loin d'être idyllique. Et dire que tout avait pourtant bien commencé quand Nani profitait d'une bourde de la défense américaine pour marquer. Le public américain, venu en masse, n'avait plus qu'à la « mettre en sourdine », pensait-on. Mais les supporters des Etats-Unis auront finalement tout loisir d'exprimer leur joie face à l'apathie portugaise. Rarement dans le bon tempo, le Portugal va déjouer et vite déchanter.

Un milieu de terrain en perdition

Le milieu de terrain lusitanien est vite pris dans la tenaille américaine. Une fois encore, dans ce trident Veloso-Meireles-Moutinho, il manque un vrai numéro 6, sorte de chef d'orchestre du milieu de terrain. Un joueur capable de mettre du rythme dans la relance mais aussi de couper les transmissions. Il n'en est rien. A force de subir, le Portugal va craquer. Les Américains, auteurs d'une prestation très intéressante, vont s'engouffrer dans la brèche. Avec en point d'orgue un but splendide de Jermaine Jones et un autre de Clint Dempsey. A ce moment-là, il reste dix minutes à jouer et le Portugal est sonné, dans les cordes. C'est alors que son joueur emblématique, jusqu'ici bien discret, va se réveiller pour sonner la charge. Le centre parfait de Cristiano Ronaldo fera vaciller la défense de « Team USA », Varela se chargera de se mettre au diapason. Malgré ce but, les visages portugais ne laisseront pas transparaitre la moindre joie. Le moindre ressenti. Ils avaient bien sûr en tête d'aller chercher la victoire mais les expressions ne trompent personne. Le Portugal est à deux doigts de quitter le Mondial, comme l'Espagne ou l'Angleterre.

Un miracle face au Ghana

Il faudrait désormais un petit miracle pour voir les hommes de Paulo Bento s'en sortir. « C'est sûr que l'on est dans une situation extrêmement compliquée, a confirmé le sélectionneur lusitanien. On dépend des résultats des autres équipes et notre différence de buts est défavorable. Mais c'est notre seul espoir auquel se raccrocher alors il faut donner le meilleur et avancer. On reconnaît que nos chances ne sont pas grandes mais elles existent. On va exiger plus de l'équipe et on va se comporter comme des professionnels contre le Ghana. » Le sous-entendu est plus qu'explicite. Désaccordé, comme anesthésié par l'enjeu, le Portugal n'a désormais plus son destin en main. Répéter ses gammes ne suffira pas. Contre le Ghana, il faudra entonner un autre refrain pour ne rien regretter. Car une élimination au premier tour sonnerait certainement le glas de Paulo Bento. Chef d'orchestre en manque d'inspiration.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant