Le Portugal maintient ses prévisions budgétaires malgré le FMI

le
0
    WASHINGTON, 15 avril (Reuters) - Le Portugal estime ne pas 
avoir besoin de nouvelles mesures de réduction de son déficit 
car le début de l'année a été conforme aux prévisions 
budgétaires, a déclaré vendredi à Reuters son ministre des 
Finances, Mario Centeno.  
    Le directeur du département Europe du Fonds monétaire 
international (FMI), Poul Thomsen, avait dit quelques heures 
plus tôt que Lisbonne devrait adopter de nouvelles mesures pour 
tenir son objectif d'un déficit limité à 2,2% du produit 
intérieur brut (PIB) cette année.  
    "Est-ce que je partage ce jugement ? Pas vraiment", a dit 
Mario Centeno. "Cela me surprend beaucoup. Nous avons une 
évaluation très différente de la situation." 
    Il a ajouté que les données disponibles sur l'exécution du 
budget au premier trimestre montraient que le Portugal était sur 
la bonne voie.  
    "Il y a des risques liés à l'économie mondiale, qui peuvent 
éventuellement affecter une petite économie ouverte comme le 
Portugal, mais c'est un facteur que nous devons évaluer", a-t-il 
poursuivi.  
    "Sur l'exécution budgétaire, nous sommes très confiants. Les 
chiffres de janvier et février et ceux qui sont déjà disponibles 
pour le reste du premier trimestre nous montrent que nous sommes 
dans les clous", a assuré Mario Centeno. 
    En février, les ministres des Finances de la zone euro ont 
demandé à Lisbonne de préparer de nouvelles mesures de réduction 
du déficit dans le cas où elles se révéleraient nécessaires pour 
atteindre l'objectif convenu avec Bruxelles, la Commission 
européenne ayant jugé que le budget 2016 risquait de ne pas 
assurer le respect de cet objectif.  
    Mario Centeno a déclaré vendredi que si de nouvelles mesures 
devenaient nécessaires, le gouvernement privilégierait la 
fiscalité indirecte mais qu'il ne réduirait ni les pensions, ni 
les traitements des fonctionnaires.  
    Il a ajouté que Lisbonne coopérait étroitement avec l'agence 
de notation DBRS, la seule qui attribue encore à son pays une 
note en catégorie d'investissement, lui permettant d'être 
éligible au programme d'achats de titres de la Banque centrale 
européenne (BCE).  
    DBRS doit publier le 29 avril les résultats de son examen e 
la note souveraine portugaise et une dégradation de celle-ci se 
traduirait par une forte augmentation des coûts de financement 
du pays.  
    "Nous travaillons à éviter une dégradation, nous travaillons 
très étroitement avec DBRS, nous nous rencontrons à Washington. 
Nous agissons dans le but d'éviter que cet événement se 
produise", a dit le ministre des Finances.  
    Il a précisé que malgré la révision à la baisse des 
prévisions économiques du FMI, Lisbonne s'en tenait à sa propre 
prévision d'une croissance de 1,8% cette année.  
        
 
 (Jan Strupczewski; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux