Le Portugal, la surprise attendue

le
0

Le duel entre les deux nations a accouché d'un bide sportif, avec zéro tir cadré jusqu'à cinq minutes du terme. Et à la fin, c'est le Portugal qui s'en sort. Vraiment contre toute attente ?

117e minute. Renato Sanches s'emmène le cuir et amorce la contre-attaque. Le seul joueur portugais à créer des choses adresse poliment le ballon à un élément plus ancien, Nani, qui s'essaye à une frappe. Ratée, évidemment. Non cadrée, forcément. Comme quasiment tout ce qu'on a pu voir en 115 minutes de jeu. Sauf que miraculeusement, le ballon tombe sur le chemin de Cristiano Ronaldo. La star ne réfléchit pas et tente sa chance. À deux mètres du but, CR7 cadre. Enfin. Le premier tir cadré de la partie. Danijel Subašić repousse. Au rebond, Ricardo Quaresma place sa tête et qualifie sa nation. Deuxième tir cadré. En une action, les Lusitaniens ont ainsi réalisé les deux seuls tirs cadrés du match, prolongation comprise. C'est dire la tristesse de la rencontre. Pour revoir 90 minutes sans but dans un tournoi majeur, il faut remonter à 1980. Mais finalement, la morosité de la chose et l'élimination de la Croatie de cette manière est une surprise qui n'est paradoxalement pas si étonnante que ça. Surtout si on s'attarde sur le parcours et le contexte actuel portugais.

Un gros toujours là


D'abord, quoi qu'on en dise, les Portugais sont des valeurs sûres de la compétition européenne. En effet, cela fait désormais six éditions de suite que les potes de Ronaldo atteignent au moins les quarts de finale. Pas des rigolos, donc. De plus, la phase de poule les avait vus arracher une troisième place grâce à trois nuls. Pas franchement en confiance, le Portugal a donc joué la carte défensive à fond, proposant deux lignes de quatre ultra rigoureuses avec une prise de risque minimale. Même Ronaldo et Nani, connus pour frapper au but plus que de raison, ont privilégié la passe vers l'arrière. Bah oui : face à une Croatie qui avait impressionné pendant les poules – sans doute la sélection la plus séduisante jusque-là – avec une victoire prometteuse contre les Espagnols, la Seleção ne pouvait pas rivaliser dans le jeu. Mais avec des mecs aussi expérimentés que Pepe ou CR7, le hold-up était possible. Et le vol le plus classique du football est survenu : le Portugal a attendu la toute fin de rencontre et un poteau subi pour punir le camp croate sur une contre-attaque convertie par Quaresma. Sans doute le but le plus facile de la carrière d'Exterman au passage, mais aussi le plus important, alors qu'il n'avait rien…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant